Show Less
Restricted access

Frères et sœurs du Moyen Âge à nos jours / Brothers and Sisters from the Middle Ages to the Present

Series:

Fabrice Boudjaaba, Christine Dousset and Sylvie Mouysset

Les fratries ont-elles une histoire ? Longtemps oubliées par l’historiographie, elles suscitent aujourd’hui un intérêt grandissant chez les historiens, dont témoigne cet ouvrage collectif riche d’une trentaine de contributions issues de deux colloques internationaux. Mal connus, frères et sœurs tiennent pourtant une place centrale au sein des relations familiales. En privilégiant la longue durée et un vaste ensemble géographique, de l’Amérique du Nord à l’Europe, les éditeurs du volume ont voulu saisir leur histoire en confrontant des systèmes de parenté différents et en perpétuelle transformation. Définir et mesurer les fratries, les analyser comme une ressource en associant stratégies collectives et trajectoires individuelles, vivre et représenter la fraternité enfin : autant de pistes suivies par les auteurs attentifs à ne pas oublier les sœurs. Grâce à la variété des études rassemblées ici, écrire l’histoire du lien fraternel offre l’opportunité de renouveler l’approche de l’évolution des systèmes de parenté en même temps que celle des relations familiales.

Do brotherhood and sisterhood have a history? They have long been forgotten by historiography but now are benefitting from a growing interest from historians. This collective work, with thirty contributions from historians from different countries, testifies to this new interest. Although badly known, brothers and sisters occupy a central place in family relations. By emphasizing the long term and a large geographical area, from North America to Europe, the editors of this volume wish to seize their history by confronting different systems of kinship that are constantly evolving. To define and measure sibling relationships, to analyze them as a resource through the association of collective strategies and individual trajectories, to live and represent brother and sisterhood: these are the paths followed by the authors who have been careful not to forget sisters. Thanks to the variety of the studies assembled here, writing the history of fraternal relations offers the opportunity to renew approaches to the evolution of both kinship and family relations.

Show Summary Details
Restricted access

D’Argenson « la chèvre » et d’Argenson « la bête ». Une entaille dans le système à maison de la noblesse française d’Ancien Régime (1718–1757)

Extract



Agnès RAVEL

Voilà deux frères nés à la fin du règne de Louis XIV. L’aîné, René Louis de Voyer, marquis d’Argenson (1694–1757), était surnommé « la bête », tandis que son cadet, Marc Pierre de Voyer, comte d’Argenson (1696–1764), était affublé du sobriquet de « la chèvre »1. D’Argenson « la chèvre » devait son nom à son agilité à gravir les pentes du pouvoir : il devint le favori et le ministre de Louis XV. D’Argenson « la bête » prospéra dans le sillage de son cadet, lui qui aurait dû, en tant qu’aîné, prendre le timon des affaires familiales.

Des sources variées et souvent inédites permettent de mener une analyse micro historique des liens de fraternité bouleversés par une entaille à la règle de primogéniture mâle caractéristique du système à maison de la noblesse française d’Ancien Régime. Pourquoi cette entaille eut-elle lieu ? Comment le cadet réussit-il à se placer en chef de famille ? Comment se manifestèrent les tensions nées de la dépendance d’un aîné envers son cadet ?

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.