Show Less
Restricted access

Le passé des Khmers

Langues, textes, rites

Edited By Nasir Abdoul-Carime, Grégory Mikaelian and Joseph Thach

Ce livre offre les premiers résultats d’une enquête sur les pratiques et les représentations du passé chez les Khmers. Elle s’inscrit dans une réflexion sur la mémoire collective qui fait le choix d’un pas de côté, à distance de l’historiographie récente traitant de cette question à l’intérieur d’une chronologie très restreinte, couvrant les 40 ans qui nous séparent du régime khmer rouge. Ici comme ailleurs, considérer les phénomènes de la vie sociale pour leur seule contemporanéité ou ériger les événements contemporains comme fondateurs à l’exclusion des autres ne permet guère une pleine compréhension du fonctionnement de la mémoire collective. Il n’est sans doute pas de problème plus complexe que celui du rapport qu’entretient, sur la durée, une société à son passé. À commencer par celui des mots qu’elle se choisit pour le dire et qui le déterminent en partie. Ceux que les auteurs ont tirés de la langue des locuteurs, des textes historiques et de l’exercice des rites suggèrent d’autres chemins à frayer. Une dizaine d’articles de linguistes, d’historiens et d’ethnologues nous invitent ici à les parcourir, en regard des expériences du passé propres aux mondes indien et européen.

Show Summary Details
Restricted access

NASIR ABDOUL-CARIMEDap Chhuon (1912–1959), seigneur de guerre.Exercice de biographie d’une personnalité historique khmère

Extract

NASIR ABDOUL-CARIME*

Dap Chhuon (1912–1959), seigneur de guerre.Exercice de biographie d’une personnalité historique khmère

Pour ceux qui s’intéressent au Cambodge contemporain, croiser dans les synthèses d’histoire le nom de Dap Chhuon, c’est voir apparaître un personnage circonstanciel, sans véritable densité socio-historique, qui au demeurant, est méthodiquement cantonné au rôle d’élément subversif face aux pouvoirs en place : c’est-à-dire déserteur de la Garde indochinoise puis seigneur de guerre au sein du mouvement anti-français des Khmers Issarak dans les années quarante, puissant gouverneur autoritaire et incontrôlable de la région de Siemreap dans les années cinquante, et pour finir, opposant déclaré à l’autorité royale incarnée par le prince Norodom Sihanouk vers la fin de cette même décennie.

Force est de constater dans cette mise en forme biographique une dépendance du récit historique aux déclarations à charge, que ce soit celles du pouvoir français contre un chef Issarak ou du régime sihanoukien contre l’instigateur de la tentative du putsch de 1959. Partant, l’exercice de biographie proposé ici invite à s’engager sur de nouvelles voies prenant en compte les deux points suivants :

1°) Le premier est d’ordre documentaire. Ces dernières années, l’ouverture des archives de l’administration française sur le régime du Sangkum du prince Sihanouk (1955–1970)1, l’accès aux dossiers déclassifiés de la CIA et du d...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.