Show Less
Restricted access

Histoires de dire

Petit glossaire des marqueurs formés sur le verbe « dire »

Series:

Laurence Rouanne and Jean-Claude Anscombre

Cet ouvrage se propose de fournir à la fois un recensement et une étude linguistique des expressions du français formés sur le verbe dire, ainsi que à ce qu’on dit, cela va sans dire, si on peut dire, comme on dit, etc. Ces marqueurs discursifs se caractérisent par une fonction épilinguistique : ils servent en bref à indiquer l’attitude adoptée face à une représentation de la réalité. Ce premier volume en étudie une quarantaine (il en existe plus de cent trente), chaque auteur se chargeant de l’analyse de deux à cinq marqueurs. Il s’agit donc à la fois d'un dictionnaire comportant une présentation des différentes valeurs identifiées pour chaque marqueur, au travers d’exemples tirés de corpus oraux et écrits, et d’autre part d'un ouvrage théorique abordant les propriétés syntaxiques, sémantiques et pragmatiques propres à chacun d’entre eux.

Les étudiants de langue de niveau supérieur (écoles d’interprétariat et/ou de langues) trouveront d’utiles renseignements dans la partie descriptive, et les linguistes confirmés pourront consulter la partie proprement théorique. Une introduction et la liste alphabétique des marqueurs formés sur le verbe dire complètent l’ensemble.

Show Summary Details
Restricted access

Ne va pas me dire, ne me dis pas, cela va sans dire. Explication de quelques expressions paradoxales en « dire »

Extract

1

JULIETTE DELAHAIE Université Charles de Gaulle Lille 3 UMR STL

0. Introduction

Il existe un certain nombre d’expressions de la forme Nég. (dire) que p ou Nég. (dire) p, que l’on peut qualifier de paradoxales2, dans la mesure où l’énonciation de ne pas dire implique cependant de dire. Il s’agit d’un procédé rhétorique bien répertorié sous la figure de la prétérition, définie ainsi par Fontanier en 1827 : « feindre de ne pas vouloir dire ce que néanmoins on dit très clairement ». Cette figure ne touche pas seulement le verbe dire, mais presque toujours néanmoins des verbes de parole, et souvent sous la forme négative : je ne parlerai pas de la façon odieuse dont il nous a reçus / ce sinistre personnage, Sarkozy pour ne pas le nommer, etc. Nous en étudierons trois parmi les plus fréquentes, à savoir ne va pas me dire et sa variante – on discutera justement de savoir s’il s’agit d’une véritable variante- ne me dis pas que p, et cela va sans dire, dans des phrases du type suivant :

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.