Show Less
Restricted access

Récits mythiques – récits modernes

La mythologie antique dans le roman contemporain de langue allemande

Series:

Emmanuelle Terrones

Dans l’après-guerre comme dans les années 80, la recrudescence des mythes grecs et latins dans une trentaine de romans de langue allemande entraîne un jeu passionnant de narration et de réécriture. Entre création et recréation, la redécouverte d’un mythe interroge à la fois un fondement culturel essentiel et le monde contemporain. Mais le recours au mythe laisse aussi affleurer toute une interrogation sur le genre choisi. Jusqu’où peut aller le roman contemporain quand il véhicule un mythe ? Quatre textes (Der blaue Kammerherr de Wolf von Niebelschütz, Amanda de Irmtraud Morgner, L’esthétique de la résistance de Peter Weiss et Medusa de Stefan Schütz) ont poussé la réflexion jusqu’à penser le renouveau d’un genre, l’épopée, alliant ainsi de façon plus conséquente et plus audacieuse que les autres romans une réflexion sur le fond et sur la forme. Du mythe à l’épopée, c’est le caractère singulier d’une récriture contemporaine qui ressort de cette étude.

Show Summary Details
Restricted access

Conclusion

Extract



« Le mythe n’a pas de fin […].1 » Quand le roman contemporain confirme à son tour la formule de Hans Blumenberg, le recours à cette source inépuisable s’accompagne d’une attitude nouvelle des écrivains. Qu’en est-il, au terme de cette étude, du retour au mythe ? Premier procédé frappant : le retour à un mythe antique implique aujourd’hui une nouvelle interrogation des sources. Comme aucune des variantes mythologiques n’épuise le mythe, chacune d’entre elles n’est donc tenue ni pour définitive, ni pour parfaite, mais demande à être interrogée, poursuivie, complétée, revue. Jamais un texte classique n’est considéré comme un modèle qu’il s’agirait d’égaler : l’œuvre modèle est considérée comme une œuvre ouverte. Pour les écrivains contemporains, reformuler ne veut pas seulement dire réinventer de nouvelles significations et de nouvelles formes : leur travail de réécriture comprend une critique de la tradition et des différents textes classiques.

Les épopées homériques (dans les romans de Ernst Schnabel, de Walter Jens et de Inge Merkel), les œuvres d’Hésiode (dans Amanda de Irmtraud Morgner), les pièces d’Eschyle et d’Euripide (notamment chez Christa Wolf, Ursula Haas) les récits d’Ovide (chez Christoph Ransmayr), pour ne citer que les sources antiques les plus souvent sollicitées, valent pour la richesse des questions qu’elles proposent, non pour les certitudes qu’elles paraissent véhiculer. Les romans contemporains tentent, et ce de manière de plus en plus visible de l’après-guerre à la fin...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.