Show Less
Restricted access

Présences et interférences franco-ibériques

Langue, littérature et culture

Edited By Maria Teresa Garcia Castanyer, Lluna Llecha-Llop Garcia and Alicia Piquer Desvaux

Les présences réciproques, mais aussi les interférences, entre la culture française et les cultures ibériques, notamment espagnole et portugaise, s’avèrent abondantes et constantes dans le temps, avec une insistance toute particulière à l’époque moderne. Les nombreuses études contenues dans ce volume soulignent les aspects différents des phénomènes signalés et contribuent à une plus profonde connaissance des mécanismes et résultats de ces présences et de ces interférences.

Les études sont regroupées en trois parties dont la première concerne la présence de la langue française et son enseignement ; la deuxième insiste sur les textes littéraires, avec de nouveaux regards et de nouvelles perspectives d’analyse ; et la troisième – la plus volumineuse – reprend d’une manière plus spécifique les réseaux d’interférences qui se sont établis entre les littératures francophones et les cultures ibériques.

Show Summary Details
Restricted access

La comtesse des Fées en périple ibérique: Mme d’Aulnoy et l’Espagne du grand siècle français

Extract



La Relation du voyage d’Espagne par Marie-Catherine Le Jumel de Barneville, comtesse d’Aulnoy, récit publié en 1691 à base d’événements censés se passer en 1689-1690, reste une œuvre extrêmement controversée. Ce récit qui mélange la fiction avec la réalité nous permet d’observer les relations franco-espagnoles dans les dernières années des Habsbourg, et étant donnée l’idéologie de la description qui s’y déploie, elle anticipe la très prochaine mainmise des Bourbons sur le monde ibérique. Il y a jusqu’à supposer que d’Aulnoy servait le roi de France en tant qu’espionne à la cour de Madrid, ce qui donne évidemment à ses descriptions et récits sur l’Espagne un élément politique sinon ouvertement impérial. D’autre part, certains pensent que ce voyage n’a jamais eu lieu et que l’auteur l’a inventé de toutes pièces quand elle n’aura pas carrément fait un énorme travail de faussaire à partir des mémoires d’autres voyageurs, le marquis de Villars en particulier.

Mme d’Aulnoy est, certes, bien mieux connue pour ses contes des fées («L’oiseau bleu», «Le dauphin», «Le Prince lutin», etc.), publiés ultérieurement en 1697 et 1698. On voit quand même déjà dans sa relation de voyage ce don de raconteur, et les menus détails du séjour typique de la littérature de voyage (qualité des auberges, l’expérience des cuisines régionales, intempéries, merveilles locales, et ainsi de...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.