Show Less

Jardins littéraires et méditerranéens

Series:

Encarnación Medina Arjona, Ouidad Tebbaa and Marlène Bouzin

Le jardin est l’espace le plus représentatif de la frontière entre l’homme et la nature où s’intègrent les éléments réels et imaginaires choisis par le savoir-faire des humains pour créer un objet de beauté. Il s’agit d’un lieu social s’offrant à l’artiste comme espace de lecture du monde. S’approprier à la fois le naturel et l’artifice, les organiser d’une manière intelligible, relève d’une volonté esthétique qu’il convient de déchiffrer comme étant le langage d’un amour de la mesure, d’une condensation du savoir, étant une écriture amoureuse. La solitude du jardinier semble s’accorder à l’investissement propre à l’acte d’écriture, à la place que les hommes s’accordent dans le monde.

Les messages esthétiques que les jardins littéraires méditerranéens peuvent nous livrer évoluent au rythme des artistes. Des sources anciennes de la culture de l’hortus aux couleurs méditerranéennes chez Sorolla et Dalí, les textes de Chateaubriand, Sand, Hugo, Zola, Lorrain, Eberhardt, Siles ou García Montero rendent compte de l’expérience artistique de l’intimité et de la réflexion, de la théâtralisation, de l’exotisme et l’évasion, des expériences du corps et de la lumière dans les jardins.

Prices

Show Summary Details
Restricted access

Nature et imaginaire méditerranéens dans Les Quatre Journées de Jean Gourdon d’Émile Zola

Extract

Concepción Palacios Bernal, Pedro Méndez Robles Universidad de Murcia Les voici donc, mon amie, ces libres récits de notre jeune âge, que je t’ai contés dans les campagnes de ma chère Provence, et que tu écoutais d’une oreille attentive, en suivant vaguement du regard les grandes lignes bleues des collines lointaines… Contes à Ninon1 Dix ans se sont écoulés depuis cette première dédicace à Ninon, cette femme imaginaire incarnant la Provence2, et celle de Nouveaux contes à Ninon : Il y a juste dix ans, ma chère âme, que je t’ai conté mes premiers contes. Quels beaux amoureux nous étions alors! J’arrivais de cette terre de Provence, où j’ai grandi si libre, si confiant, si plein de tous les espoirs de la vie. J’étais à toi, à toi seule, à ta tendresse, à ton rêve3. Ce nouveau recueil a été publié en 1874, la même année où La Conquête de Plassans, quatrième roman de la série des Rougon-Macquart, voit le jour. Il rassemble des récits divers, quatorze textes regroupés qui ont été composés à différentes époques et où l’auteur exploite sa veine imaginaire face à la vérité et la réalite ainsi que le système antithétique de l’opposition entre la ville et la province, entre le monde bruyant et artificiel de la cité et la nature en liberté. 1 Contes à Ninon, recueil publié en 1864 et dont la composition des différents récits s’étalent entre...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.