Show Less
Restricted access

«Jean Barois», centenaire d’un roman-monstre

Lectures à vif, lectures actuelles

Series:

Edited By Hélène Baty-Delalande and Jean-François Massol

Jean Barois participe de l’effervescence esthétique qui caractérise 1913, en multipliant les expérimentations formelles, telles que la composition hybride, l’art du collage, le régime dialogué, l’esthétique documentaire, les jeux typographiques et le style coupé. Chronique mélancolique du modernisme intellectuel, faisant l’inventaire de l’affaire Dreyfus, s’interrogeant sur la puissance des liens religieux, c’est aussi un roman de la conscience malheureuse, méditant sur l’identité perdue et la responsabilité impossible. Arracher des bribes au réel, pour constituer une masse puissamment vivifiante, capable de remémorer le passé et de porter le lecteur à approfondir sa propre conscience de soi, et cela dans une forme neuve, composite et expressive : l’ambition de Roger Martin du Gard a fortement retenu la critique contemporaine, et continue, cent ans plus tard, à nous requérir.

Ce livre réunit ainsi des analyses nouvelles sur les enjeux de la fragmentation et de la composition dans Jean Barois, et les archives d’une réception critique singulièrement attentive à l’originalité de ce roman.

Show Summary Details
Restricted access

Dossier documentaire

Extract



Choix de lettres reçues par Martin du Gard (par ordre chronologique)

Bernard Grasset, le 17 juin 1913 (T.9, f°7)

Cher Monsieur et ami,

J’ai passé trois soirées successives à lire votre roman, et viens vous dire très sincèrement ce que j’en pense. Mon jugement que vous trouverez peut-être un peu sévère, et qui concorde absolument avec l’avis de mon lecteur, est d’ailleurs tout à fait indépendant de la question de mon acceptation. Je sais, en effet, que notre premier traité m’oblige à publier ce roman.

« S’affranchir » n’est pas un roman, c’est un dossier ; vous avez voulu jouer la difficulté, et, vous ne m’en voudrez pas de vous dire, que vous avez été absolument battu. Mon avis très net (ne m’en veuillez pas de ma franchise) est que votre livre est absolument raté.

Et pourtant, j’aurais été vraiment heureux, croyez-moi, de publier un beau livre, qui fût en quelque sorte contre pied de toute la littérature traditionaliste et conservatrice, dans laquelle je donne habituellement. Ç’aurait été la marque que je tiens avant tout à publier de belles choses, quel qu’en soit l’esprit, mais vraiment, ce n’est pas avec votre livre que j’obtiendrai ce résultat, et je défie un lecteur, d’aller au-delà de la centième page.

Vous allez me trouver sévère ; je crois cependant être tout à fait juste, et vous rendre un service, en vous...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.