Show Less
Restricted access

«Jean Barois», centenaire d’un roman-monstre

Lectures à vif, lectures actuelles

Series:

Edited By Hélène Baty-Delalande and Jean-François Massol

Jean Barois participe de l’effervescence esthétique qui caractérise 1913, en multipliant les expérimentations formelles, telles que la composition hybride, l’art du collage, le régime dialogué, l’esthétique documentaire, les jeux typographiques et le style coupé. Chronique mélancolique du modernisme intellectuel, faisant l’inventaire de l’affaire Dreyfus, s’interrogeant sur la puissance des liens religieux, c’est aussi un roman de la conscience malheureuse, méditant sur l’identité perdue et la responsabilité impossible. Arracher des bribes au réel, pour constituer une masse puissamment vivifiante, capable de remémorer le passé et de porter le lecteur à approfondir sa propre conscience de soi, et cela dans une forme neuve, composite et expressive : l’ambition de Roger Martin du Gard a fortement retenu la critique contemporaine, et continue, cent ans plus tard, à nous requérir.

Ce livre réunit ainsi des analyses nouvelles sur les enjeux de la fragmentation et de la composition dans Jean Barois, et les archives d’une réception critique singulièrement attentive à l’originalité de ce roman.

Show Summary Details
Restricted access

Morcellement, unité, variété : Jean Barois et «Maumort», deux romans symétriques dans l’œuvre complète de Roger Martin du Gard (Jean-François Massol)

Extract

| 49 →

JEAN-FRANÇOIS MASSOL

EA LITT&ARTS, Université Grenoble Alpes

Morcellement, unité, variété : Jean Barois et « Maumort », deux romans symétriques dans l’œuvre complète de Roger Martin du Gard

Quand, en 1941, RMG1 échafaude le projet de son roman centré sur le personnage de Maumort2 et qu’il se met à en préciser les grandes lignes, il fait référence à Jean Barois par deux fois : à la date du 2 mai 1941, il écrit dans son Journal : « pour moi, à l’heure actuelle, à l’âge que j’ai, tracer la belle figure d’un Maumort prend aussi une valeur de message. Cela peut-être, après Les Thibault, un pendant à Jean Barois. Ce livre aurait sa place naturelle dans mon œuvre3 ». À la date du 16 juillet de la même année, il note encore : « Je vois très bien, déjà, de quelle sorte de « grande figure » cela peut être. Dans la tradition à la fois du Luce de Jean Barois, mâtiné de… Lyautey (pour le côté grand seigneur), très français aussi4… ».

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.