Show Less
Restricted access

L’enfant et la métaphore

Percée socio-culturelle dans les contours normatifs du cognitivisme

Frédéric Cerchia

Symbole de la pensée créatrice pour quelques-uns, sauvageonne illusionniste pour de nombreux autres, la métaphore a plutôt mauvaise presse dans l’histoire de la pensée occidentale qui s’en méfie autant qu’elle redoute la force déstructurante de l’imagination. Le langage quotidien est pourtant truffé de métaphores que l’usage ne laisse plus guère apparaître comme telles mais qui structurent notre expérience du monde.

Cet ouvrage a pour but d’étudier le développement de la compréhension de métaphores chez des enfants âgés de 4 à 10 ans. Après avoir mis à l’épreuve un modèle cognitiviste de compréhension, l’auteur adopte une perspective critique relevant de la psychologie socio-culturelle sur les mêmes conduites des enfants. Ce changement radical de posture permet de décrire comment les enfants mobilisent, à certaines fins communicationnelles, divers artefacts culturels – des personnages de dessins animés ou de BD, des normes sociales ou des expériences personnelles – issus de leur environnement social. Ils démontrent ainsi disposer de compétences socio-cognitives précoces, trop souvent occultées ou considérées pêle-mêle comme « élémentaires » dans les approches plus classiques.

Show Summary Details
Restricted access

Chapitre 1. L’enfant et la métaphore en psychologie du développement

Extract

| 27 →

Chapitre 1

L’enfant et la métaphore en psychologie du développement

GÉNÉRALEMENT, l’étude des métaphores reste confinée à la poésie et à la littérature, bien qu’Aristote l’ait située dès l’Antiquité comme un objet d’étude au creuset de diverses disciplines. Depuis le second quart du XXe siècle, l’intérêt pour les métaphores s’est étendu à d’autres disciplines sous l’impulsion de quelques penseurs. Ceux-ci souhaitaient valoriser le langage métaphorique et le dégager du joug de la rhétorique classique qui le cloisonnait dans sa fonction esthétique, en en faisant un simple ornement du discours avec pour seul but de plaire. A l’ère contemporaine, philosophes, logiciens et linguistes se sont attelés à la tâche pour démonter les arguments classiquement acceptés en faveur du rôle purement ornemental de la métaphore. Le langage métaphorique a progressivement gagné en crédibilité et, de nos jours, son utilité en pédagogie ou en psychothérapie est de plus en plus avérée.

D’une part, comme la métaphore est présente dans tous les registres du discours, du plus courant au plus scientifique en passant par le poétique, l’enfant comme l’adulte y sont confrontés quotidiennement dans leurs activités1. Laganaro (1997) relève que les textes de lectures destinés aux enfants de l’école primaire du Canton de Genève sont truffés...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.