Show Less
Restricted access

L’enfant et la métaphore

Percée socio-culturelle dans les contours normatifs du cognitivisme

Frédéric Cerchia

Symbole de la pensée créatrice pour quelques-uns, sauvageonne illusionniste pour de nombreux autres, la métaphore a plutôt mauvaise presse dans l’histoire de la pensée occidentale qui s’en méfie autant qu’elle redoute la force déstructurante de l’imagination. Le langage quotidien est pourtant truffé de métaphores que l’usage ne laisse plus guère apparaître comme telles mais qui structurent notre expérience du monde.

Cet ouvrage a pour but d’étudier le développement de la compréhension de métaphores chez des enfants âgés de 4 à 10 ans. Après avoir mis à l’épreuve un modèle cognitiviste de compréhension, l’auteur adopte une perspective critique relevant de la psychologie socio-culturelle sur les mêmes conduites des enfants. Ce changement radical de posture permet de décrire comment les enfants mobilisent, à certaines fins communicationnelles, divers artefacts culturels – des personnages de dessins animés ou de BD, des normes sociales ou des expériences personnelles – issus de leur environnement social. Ils démontrent ainsi disposer de compétences socio-cognitives précoces, trop souvent occultées ou considérées pêle-mêle comme « élémentaires » dans les approches plus classiques.

Show Summary Details
Restricted access

Chapitre 5. La rupture épistémologique

Extract

| 267 →

Chapitre 5

La rupture épistémologique

Dans ce chapitre, nous avons le projet de décrire les revirements conceptuels auxquels l’approche socio-culturelle développée au chapitre précédent nous a conduit et à la manière dont ceux-ci peuvent apporter des éléments de réponses aux limites dégagées à la fin de la première étude. Nous disposerons ainsi de nouvelles bases épistémologiques applicables à l’étude des métaphores qui nous donneront, au prochain chapitre, l’opportunité de porter un regard nouveau sur notre corpus.

A l’aune des concepts de la psychologie culturelle, nous allons dès à présent examiner une à une les limites dénoncées dans la première étude basée sur des assomptions cognitivistes. Au final, cela aura des implications sur la conception même de la métaphore et sur la méthode d’analyse, implications que nous devrons expliciter à la fin de ce chapitre.

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.