Show Less
Restricted access

Maîtres, précepteurs et pédagogues

Figures de l’enseignant dans la littérature italienne

Series:

Edited By Stefano Lazzarin and Agnès Morini

L’ouvrage analyse les représentations littéraires de celui qui incarne l’autorité par sa maîtrise de la culture et du langage, l’enseignant, qui a une longue histoire dans la littérature italienne, depuis l’Atlant du Roland Furieux en passant par les pédagogues des comédies du XVIe s. et les précepteurs du XVIIIe s. (Parini, Il giorno), les maîtres d’école du roman du XIXe s., jusqu’aux fréquentes variations sur le thème dans la littérature du XXe s. Si le premier est un sage, aux facultés supérieures voire magiques, le précepteur de la comédie n’est qu’une caricature, comme le pédagogue vaniteux et pédant du XVIIIe s. Puis le maestro se transforme en figure du malheur : suspendu dans une position ambiguë, entre maître et serviteur, il suscite la suspicion des autres ; plein d’ambitions frustrées, il ne dispose que de sa culture et de son talent pédagogique pour tenter d’échapper à son rôle subalterne. Pour le XXe s., entre autorité reconnue ou contestée, les exemples retenus sont nombreux : G. Mosca, Ricordi di scuola ; L. Mastronardi, Il maestro di Vigevano ; N. Ginzburg, Lessico famigliare ; la lettre à Gennariello des Lettere luterane de Pasolini, etc.

Show Summary Details
Restricted access

Un ‘contre-Maître’ pour Alcibiade.À l’école de la perversion (Agnès Morini)

Extract

Agnès Morini

Université Jean Monnet/Saint-Etienne

Un ‘contre-Maître’ pour Alcibiade. À l’école de la perversion 

Sur Alcibiade fanciullo a scola d’Antonio Rocco (1631)

Avertissement au lecteur. L’auteur de cet article voudrait préciser qu’elle ne prétend apporter ici aucune nouveauté au regard des travaux de trois « maîtres » auxquels on doit l’essentiel de ce qui suit – et ils seront abondamment cités : Laura Coci, pour une précieuse Nota bibliografica de 19851, qui pose les fondements de son édition contemporaine du texte de Padre Rocco en 19882 ; Jean-Pierre Cavaillé, pour son article « Antonio Rocco, Alcibiade enfant à l’école. Clandestinité, irréligion et sodomie »3 et l’indispensable complément qu’est sa traduction commentée et annotée de deux discours académiques de Rocco : Amour est un pur intérêt suivi de De la laideur4 ; Jean-François Lattarico, qui consacre à ce texte une large partie du chapitre VII, « Le vice infâme. De l’invective à l’apologie », de son ouvrage Venise Incognita. Essai sur l’académie libertine au XVIIe siècle5.

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.