Show Less
Restricted access

Conflit et coopération France – Allemagne XIXe–XXe siècle

Mélanges en l’honneur d’Anne-Marie Saint-Gille

Series:

Edited By Jean-Michel Pouget

Cet ouvrage regroupe quatorze contributions d’universitaires germanistes qui ont souhaité rendre hommage à leur collègue Anne-Marie Saint-Gille dont les travaux de recherche et l’enseignement ont principalement porté sur la construction de la paix en Europe. Les contributeurs interrogent les relations franco-allemandes qui ont toujours constitué l’un des enjeux majeurs de la paix sur le continent européen. Couvrant le XIXe et le XXe siècle, les articles réunis permettent de dégager l’une des constantes les plus remarquables des relations France-Allemagne : l’attirance mutuelle des deux voisins tiraillés depuis plus de deux siècles entre une volonté de coopération et la tentation du conflit.

Show Summary Details
Restricted access

Aux sources de l’engagement pacifiste de Bertha von Suttner (Marie-Claire Hoock-Demarle)

Extract

← 94 | 95 →

MARIE-CLAIRE HOOCK-DEMARLE

Aux sources de l’engagement pacifiste de Bertha von Suttner

Etre femme au XIXe siècle et s’engager publiquement pour quelque cause et dans quelque domaine que ce soit, tient de la gageure et récolte bien souvent le scandale. George Sand et Flora Tristan en ont fait, chacune à leur manière, la rude expérience. Au milieu du XIXe siècle l’écrivaine allemande Bettina von Arnim, auteure en 1835 de Correspondance de Goethe avec une enfant et qui publie dans les années 1840 une enquête sociale dans le quartier des pauvres de Berlin1, se verra attaquée et traitée de « femme publique », en clair de prostituée : « Les femmes n’ont pas le droit de blesser ainsi la délicatesse, elles ne doivent pas se prostituer ainsi publiquement »2.

Pour quelles raisons la Baronne Bertha von Suttner, née comtesse Kinsky, qui conjugue à ces deux titres déjà bien des obstacles à un engagement public, choisit-elle de s’aventurer, la quarantaine passée et dans un moment de surenchère nationaliste en Europe, dans la sphère publique et, qui plus est, politique jusqu’à devenir la Friedensbertha, l’icône de la paix à l’échelle internationale ? Comme dans ce genre d’itinéraire à contre-courant, les raisons personnelles sont certes déterminantes mais en aucun cas suffisantes, quelles sont les sources où l’intrépide Baronne a pu puiser la force de ses convictions pacifistes et le courage de les exprimer...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.