Show Less
Restricted access

Les pionniers de la Nouvelle peinture en Iran

Œuvres méconnues, activités novatrices et scandales au tournant des années 1940

Series:

Alice Bombardier

« Nous avons vécu une période particulièrement difficile. Il n’y avait aucune direction connue dans notre travail. Pas à pas, nous avons dépassé l’effroi de l’égarement et découvert le plaisir de domaines nouveaux... Mais les critiques n’étaient pas de notre côté, aucune valeur sociale n’était attachée à nos travaux. » C’est en ces termes que le peintre Ahmad Esfandiari (1922-2012) décrit l’effervescence des années 1940 durant lesquelles un style pictural novateur – la Nouvelle peinture – apparaît en Iran.
A l’appui d’archives et d’entretiens, cet ouvrage tente de restituer la flamme qui a animé ces artistes-pionniers : leur esprit d'innovation face à une tradition artistique multiséculaire ; les risques pris, les transgressions osées et soutenues contre vents et marées. Ils furent les premiers à explorer des terres inconnues, annonciatrices de la modernité. Nombreuses furent les résistances : procès en justice, vandalisme, censure, interdiction de publier leurs revues. Aujourd’hui encore, leur héritage demeure paradoxalement occulté. Leur détermination et leur force de conviction ont pourtant suscité des mutations artistiques majeures, sources de changements sociaux non moins importants.

Show Summary Details
Restricted access

La Nouvelle peinture : vers une modernité à l’iranienne

Extract



Ayant défini l’objet de cette étude – apporter un nouvel éclairage sur les artistes pionniers de la Nouvelle peinture en Iran –, indiqué mes sources, ainsi que précisé le contexte intra- et inter-artistique qui a conduit à ces innovations plastiques, il me semble à présent indispensable de préciser les questionnements actuels, théoriques et historiographiques, liés au cadre extra-occidental de ma réflexion. En effet, l’intérêt récent pour la vie et l’œuvre des précurseurs de nouvelles pratiques artistiques au Moyen-Orient s’inscrit dans un mouvement de redécouverte des arts contemporains non-occidentaux, qui tend à s’amorcer dans le monde depuis la fin des années 1980. Le paysage intellectuel s’est donc aujourd’hui considérablement élargi et renouvelé. C’est pourquoi il est nécessaire de le prendre en compte.

Une prise de conscience des déséquilibres existant dans les échanges artistiques et culturels au niveau mondial a été induite par la sortie de l’ère coloniale.1 A la suite de ce constat, les artistes provenant d’aires culturelles extra-occidentales ont été progressivement inclus dans les expositions internationales d’art contemporain. En 1989, l’exposition Magiciens de la Terre au Centre Pompidou à Paris a initié cette ouverture. L’objectif principal de son commissaire, Jean-Hubert Martin, était d’asseoir l’idée que les artistes occidentaux et non-occidentaux devaient être situés sur un pied d’égalité.2 Après Magiciens de la Terre, cette nouvelle vision muséographique a été validée comme incontournable dans le champ global de...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.