Show Less
Restricted access

Les pionniers de la Nouvelle peinture en Iran

Œuvres méconnues, activités novatrices et scandales au tournant des années 1940

Series:

Alice Bombardier

« Nous avons vécu une période particulièrement difficile. Il n’y avait aucune direction connue dans notre travail. Pas à pas, nous avons dépassé l’effroi de l’égarement et découvert le plaisir de domaines nouveaux... Mais les critiques n’étaient pas de notre côté, aucune valeur sociale n’était attachée à nos travaux. » C’est en ces termes que le peintre Ahmad Esfandiari (1922-2012) décrit l’effervescence des années 1940 durant lesquelles un style pictural novateur – la Nouvelle peinture – apparaît en Iran.
A l’appui d’archives et d’entretiens, cet ouvrage tente de restituer la flamme qui a animé ces artistes-pionniers : leur esprit d'innovation face à une tradition artistique multiséculaire ; les risques pris, les transgressions osées et soutenues contre vents et marées. Ils furent les premiers à explorer des terres inconnues, annonciatrices de la modernité. Nombreuses furent les résistances : procès en justice, vandalisme, censure, interdiction de publier leurs revues. Aujourd’hui encore, leur héritage demeure paradoxalement occulté. Leur détermination et leur force de conviction ont pourtant suscité des mutations artistiques majeures, sources de changements sociaux non moins importants.

Show Summary Details
Restricted access

Un contexte singulier d’ouverture : le soutien des troupes et centres culturels étrangers

Extract



Au début de la Seconde Guerre mondiale, alors que le gouvernement de Reza Shah continue à mettre en valeur le patrimoine de la Perse ancienne et à le poser au fondement de la grandeur du pays, les mouvements massifs de troupes sont, quant à eux, synonymes d’irruption d’idées nouvelles et de comportements politiques et sociaux jusque-là inédits. Ehsan Yarshater écrit en ce sens que durant la guerre, l’« Iran a été exposé à un flux d’idées et d’idéologies contradictoires ».1 C’est dans ce contexte singulier que les pionniers de la Nouvelle peinture élaborent leur art et commencent à se faire connaître. Ils y parviennent grâce au soutien des troupes militaires puis des centres culturels étrangers. Ceux-ci ont joué un rôle primordial dans le processus d’éclosion et d’affirmation de la Nouvelle peinture.

A partir de 1941, les troupes étrangères stationnées en Iran – anglaises et russes,2 américaines3 ou polonaises4 – ont favorisé, voire garanti, le nouvel←109 | 110→ espace de liberté dont bénéficie alors le pays. En effet, après la destitution de Reza Shah en 1941,5 la censure est levée et un mouvement d’effervescence gagne les milieux intellectuels. Selon l’historien Azar Ahanchi, auteur d’une étude traitant de l’impact du mouvement d’indépendance en Inde sur la presse iranienne, une relative liberté politique est instaurée en Iran durant une décennie environ, c’est-à-dire entre 1941 – à la suite de l’intronisation du jeune Mohammad Reza Shah Pahlavi...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.