Show Less
Restricted access

Les pionniers de la Nouvelle peinture en Iran

Œuvres méconnues, activités novatrices et scandales au tournant des années 1940

Series:

Alice Bombardier

« Nous avons vécu une période particulièrement difficile. Il n’y avait aucune direction connue dans notre travail. Pas à pas, nous avons dépassé l’effroi de l’égarement et découvert le plaisir de domaines nouveaux... Mais les critiques n’étaient pas de notre côté, aucune valeur sociale n’était attachée à nos travaux. » C’est en ces termes que le peintre Ahmad Esfandiari (1922-2012) décrit l’effervescence des années 1940 durant lesquelles un style pictural novateur – la Nouvelle peinture – apparaît en Iran.
A l’appui d’archives et d’entretiens, cet ouvrage tente de restituer la flamme qui a animé ces artistes-pionniers : leur esprit d'innovation face à une tradition artistique multiséculaire ; les risques pris, les transgressions osées et soutenues contre vents et marées. Ils furent les premiers à explorer des terres inconnues, annonciatrices de la modernité. Nombreuses furent les résistances : procès en justice, vandalisme, censure, interdiction de publier leurs revues. Aujourd’hui encore, leur héritage demeure paradoxalement occulté. Leur détermination et leur force de conviction ont pourtant suscité des mutations artistiques majeures, sources de changements sociaux non moins importants.

Show Summary Details
Restricted access

Le tournant abstrait : de l’engouement à l’impasse de la Nouvelle peinture

Extract



L’art pictural s’est développé tout au long des siècles jusqu’à atteindre son apogée avec l’art abstrait ou pur (honar-e abstreh ya nab). Il n’est pas allé plus loin. Arrivé à cette impasse, la seule issue pour les artistes a été de se retourner vers ce qui se passait avant l’abstrait.

Mahmud Djavadipur1

Au bout du chemin suivi par les précurseurs de la Nouvelle peinture, l’art abstrait constitue une autre perspective que certains explorent au fil de leur inspiration. Celui-ci systématise les intuitions du cubisme et libère les formes artistiques de tout rappel à la réalité en instaurant des lois propres à l’espace pictural. Le renoncement au signifié est opéré en même temps que la remise en cause du réel et au profit de l’emploi de motifs purement formels. Mais cette piste est parcourue sans parvenir une fois encore à mobiliser largement le public iranien. De plus, l’apparition de l’abstraction en art coincidant avec les bouleversements sociopolitiques qui sont en gestation dans les années 1960 et 1970 en Iran, ce courant pictural abstrait a été de plus en plus critiqué. Après la Révolution de 1979, étant perçu par les nouveaux détenteurs du pouvoir comme inféodé à l’idéologie occidentale, il devient cible à abattre.

Si l’abstraction est en vogue dans les milieux artistiques iraniens des années 1960 et 1970, il faut toutefois garder à l’esprit que certains pionniers de la Nouvelle peinture ne...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.