Show Less
Restricted access

Les pionniers de la Nouvelle peinture en Iran

Œuvres méconnues, activités novatrices et scandales au tournant des années 1940

Series:

Alice Bombardier

« Nous avons vécu une période particulièrement difficile. Il n’y avait aucune direction connue dans notre travail. Pas à pas, nous avons dépassé l’effroi de l’égarement et découvert le plaisir de domaines nouveaux... Mais les critiques n’étaient pas de notre côté, aucune valeur sociale n’était attachée à nos travaux. » C’est en ces termes que le peintre Ahmad Esfandiari (1922-2012) décrit l’effervescence des années 1940 durant lesquelles un style pictural novateur – la Nouvelle peinture – apparaît en Iran.
A l’appui d’archives et d’entretiens, cet ouvrage tente de restituer la flamme qui a animé ces artistes-pionniers : leur esprit d'innovation face à une tradition artistique multiséculaire ; les risques pris, les transgressions osées et soutenues contre vents et marées. Ils furent les premiers à explorer des terres inconnues, annonciatrices de la modernité. Nombreuses furent les résistances : procès en justice, vandalisme, censure, interdiction de publier leurs revues. Aujourd’hui encore, leur héritage demeure paradoxalement occulté. Leur détermination et leur force de conviction ont pourtant suscité des mutations artistiques majeures, sources de changements sociaux non moins importants.

Show Summary Details
Restricted access

Conclusion

Extract



J’ai effectué une cinquantaine de tableaux à la peinture à l’huile pour le Bureau Général des Beaux-Arts du Pays. Où sont-ils passés aujourd’hui ?… Je ne sais pas. Je suis très nostalgique de l’un de ces tableaux dont le sujet était un de mes cauchemars. Je rêvais que je volais. Sous mes pieds, tout était étrange… Les pierres étaient comme des animaux… Je voyais un arbre qui ressemblait à un loup et les voitures en bas avaient la bouche grande ouverte pour avaler toute chose.

Abdollah Ameri al Hoseini1

Cette recollection de l’histoire contemporaine de la peinture iranienne a permis d’interroger la représentation et les modalités d’expression de la modernité artistique en Iran. En effet, tout au long de cet ouvrage, j’ai voulu montrer combien la peinture a constitué au tournant des années 1940 en Iran, tout autant un enjeu de connaissance et de renouvellement artistique, que de transformation intellectuelle, politique et sociale, ayant pour mission de capter l’essence de la modernité. L’enjeu majeur qu’a représenté l’assimilation, l’endogénisation de cette dernière, pour la société iranienne et les différents systèmes de gouvernance qui se sont succédés, s’est cristallisé dans le pays autour des aléas qui ont accompagné alors la création artistique. Inscrite au cœur des tentatives d’élaboration d’un modèle de société, la pratique de la peinture a contribué lors de cette époque charnière, à inventer, à expérimenter...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.