Show Less
Restricted access

Les pionniers de la Nouvelle peinture en Iran

Œuvres méconnues, activités novatrices et scandales au tournant des années 1940

Series:

Alice Bombardier

« Nous avons vécu une période particulièrement difficile. Il n’y avait aucune direction connue dans notre travail. Pas à pas, nous avons dépassé l’effroi de l’égarement et découvert le plaisir de domaines nouveaux... Mais les critiques n’étaient pas de notre côté, aucune valeur sociale n’était attachée à nos travaux. » C’est en ces termes que le peintre Ahmad Esfandiari (1922-2012) décrit l’effervescence des années 1940 durant lesquelles un style pictural novateur – la Nouvelle peinture – apparaît en Iran.
A l’appui d’archives et d’entretiens, cet ouvrage tente de restituer la flamme qui a animé ces artistes-pionniers : leur esprit d'innovation face à une tradition artistique multiséculaire ; les risques pris, les transgressions osées et soutenues contre vents et marées. Ils furent les premiers à explorer des terres inconnues, annonciatrices de la modernité. Nombreuses furent les résistances : procès en justice, vandalisme, censure, interdiction de publier leurs revues. Aujourd’hui encore, leur héritage demeure paradoxalement occulté. Leur détermination et leur force de conviction ont pourtant suscité des mutations artistiques majeures, sources de changements sociaux non moins importants.

Show Summary Details
Restricted access

Remerciements

Extract



Je veux exprimer ici ma reconnaissance aux Iraniennes et aux Iraniens qui ont croisé ma route depuis 2005, en Iran ou à l’étranger, et qui m’ont honorée de leur confiance ou de leur amitié.

Egalement à Silvia Naef – historienne de l’art du Moyen-Orient contemporain, Professeure à l’Unité d’arabe de l’Université de Genève – et à Farhad Khosrokhavar – sociologue de l’Iran contemporain, Directeur d’études à l’EHESS à Paris – qui m’ont encouragée lors de cette ultime étape de mon parcours à travers l’art iranien, son histoire et ses manifestations contemporaines.

J’adresse aussi mes remerciements les plus chaleureux pour leur aide spécifique, à Gilsha Ziapur, Babak Pezeshknia, Abbas Moayeri, Chahryar Adle, Khandan Hoseini Nia et la bibliothèque de l’Institut Français de Recherche en Iran (IFRI), Layla Diba, Mojgan Endjavi-Barbé, Mohammed Afkhami, Daryush Ashuri, Morad Montazami et Mohsen Shahrnazadar, Christian Exposito, la Galerie Joëlle Mortier-Valat, Nina Colombo, Mastaneh Tadjbaksh, ainsi qu’à Pegah Vaezi pour son aide précieuse apportée dans la traduction des textes persans. Sans eux ce livre n’aurait pu voir le jour.

Enfin, toute ma gratitude à Josiane Douilly pour sa relecture enrichissante et attentive, à Vincent pour son infinie patience.←9 | 10→ ←10 | 11→

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.