Show Less

Grammaire de la période

Series:

Edited By Alain Berrendonner

Entre les modèles de la phrase produits par la syntaxe, et les modèles du discours inspirés par la pragmatique, il y a eu longtemps – et il y a encore – une solution de continuité, qui se manifeste notamment par le recours, de part et d’autre, à des unités d’analyse disparates. Ce livre est né d’une tentative pour réduire cet hiatus théorique, et proposer un modèle unifié de la combinatoire discursive, du morphème à la période (paragraphe tonal). Une telle entreprise conduit fatalement à abolir certaines frontières mal placées (à commencer par celles de la phrase), et par là, à remettre en cause les cloisonnements entre sous-disciplines établies. Elle contribue ainsi à l’avènement d’une linguistique défragmentée.

Prices

Show Summary Details
Restricted access

Postface de C. Blanche-Benveniste

Extract

Postface Claire Blanche-Benveniste Les auteurs de la Grammaire de la Période ont souhaité qu’un membre du GARS (Groupe Aixois de Recherches en Syntaxe1) rédige une postface à leur ouvrage, afin de « faire avancer la réflexion commune » et de mesurer « le degré de généralité respectif des deux analyses concurrentes » [Pé- riode 2, § 5], Je réponds bien volontiers à cette demande, en souhaitant que, par-delà leurs différences, les deux démarches s’enrichissent mutuel- lement. Il est vrai que les deux groupes de recherche ont mené une réflexion commune et qu’ils partagent depuis longtemps quelques options fonda- mentales: les données sur lesquelles les linguistes ont intérêt à s’exercer, un même jugement sur les méthodes honnies et les méthodes privilégiées, ainsi que la même option sur le type de résultats escomptés. Ils n ’ont ce- pendant pas les mêmes objectifs ni les mêmes priorités dans leurs dé- marches respectives, ce qui explique que, tout en utilisant parfois les mêmes termes d’analyse, ils divergent sur certains points et qu’ils se voient comme complémentaires dans l’avenir. 1. Les données Non seulement nous sommes d’accord sur le choix des données linguis- tiques mais nous estimons, comme D. Willems, que le choix des données détermine souvent les théories qui y sont appliquées : L ’introduction des données orales dans la réflexion linguistique constitue une autre étape particulièrement...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.