Show Less

Le changement en français

Etudes de linguistique diachronique

Series:

Edited By Céline Guillot, Bernard Combettes, Alexei Lavrentiev and Evelyne Oppermann-Marsaux

Les textes réunis dans ce recueil traitent des grands changements qu’a connus le français depuis ses origines, en abordant les différents niveaux de l’analyse linguistique dans une perspective diachronique.
Parmi l’ensemble des phénomènes étudiés, quelques thématiques ont été plus amplement développées : le verbe, dans ses relations à la phrase et ses compléments mais aussi dans sa sémantique aspectuelle et temporelle, l’oral représenté et ses marqueurs spécifiques en diachronie, le très ancien franancien français et le français classique.
Ces recherches présentées lors de la cinquième édition du colloque international DIACHRO (Lyon, octobre 2010) témoignent de l’émergence de problématiques nouvelles dans le champ de la diachronie du français et reflètent la vitalité d’un domaine de recherche aussi actif en France qu’à l’étranger.

Prices

Show Summary Details
Restricted access

Les subordonnées initiales et la périphérie gauche en ancien français (Bryan Donaldson)

Extract

Les subordonnées initiales et la périphérie gauche en ancien français Bryan DONALDSON, Université du Texas à Austin 1. Introduction Nous abordons dans cette étude un aspect du comportement variable des phrases subordonnées suivies immédiatement d’une déclarative principale. Une analyse quantitative sur corpus démontre que la position usuelle de la subordonnée se trouve dans la périphérie gauche de la déclarative; les exemples où la subordonnée occupe la première position de la déclarative sont minoritaires dans l’ensemble. 2. L’ancien français comme langue à verbe second L’ancien français est souvent analysé, depuis Thurneysen (1892), comme une langue à verbe second (V2), en raison de l’observation que le verbe conjugué occupe, la plupart du temps, la deuxième position de surface dans les phrases déclaratives principales (voir entre autres, Foulet 1930, Adams 1987, Roberts 1993, Vance 1997). Ceci signifie qu’un seul syntagme peut se placer avant le verbe et ses clitiques; le verbe se voit donc précédé, par exemple, d’un syntagme adverbial, adjectival, prépositionnel, d’un sujet nominal ou pronominal, d’un objet lexical, ou d’un adverbe «de reprise» tel si, lors ou donc. Dans (1) et (2), le verbe (en caractères gras) apparaît en deuxième position. (1) [En Bretaigne] [MANEIT] uns ber. (Marie de France, Bisclavret, v. 15) «Un baron vivait en Bretagne.» 120 Bryan Donaldson (2) [Or] [ESTOIE] je trop a aise. (Chrétien, Erec et Enide, v. 2586) «J’étais trop heureuse...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.