Show Less
Restricted access

Quel espace pour quel théâtre ?

Approche croisée des dramaturgies française et hispanique (XVIe–XXe siècles)

Series:

Isabel Ibáñez and Hélène Laplace-Claverie

Le présent ouvrage compare différents traitements de l’espace dramatique et scénique selon une logique diachronique, tout en confrontant deux sphères culturelles à la fois proches et distinctes, voisines et rivales. Il s’appuie sur un corpus « canonique » qui, tout au long d'une période allant du xvie au xxe siècle, érige progressivement en norme un espace théâtral sémiotisé et ce, en France comme en Espagne. Le théâtre, media de masse efficace, contrôlé quoique intrinsèquement incontrôlable, fut une préoccupation constante pour les pouvoirs publics des deux côtés des Pyrénées. Sur la scène et à sa périphérie gravitent des enjeux sociétaux et politiques fondamentaux pour deux jeunes nations européennes.

Les textes réunis abordent ces questions autour de deux pôles temporellement et esthétiquement opposés : celui de la genèse d'un espace théâtral en voie de normalisation (xviexviie siècles) et celui de la consolidation mais aussi de la remise en cause – à travers la notion de hors-scène – du modèle aristotélicien (xixexxe siècles).

Show Summary Details
Restricted access

L’espace dans le théâtre classique français : l’illusion d’une unité (Jocelyn Royé)

Extract

Jocelyn Royé

Université de Pau et des Pays de l’Adour, CRPHLL

L’espace dans le théâtre classique français : l’illusion d’une unité

L’affaire semblait entendue depuis longtemps. Des générations d’élèves studieux, s’appuyant sur l’enseignement délivré par leur professeur ou dans leur manuel de littérature, eux-mêmes se fondant sur des écrits théoriques du xviie siècle, définissaient avec certitude la dramaturgie classique par la fameuse trinité : unité d’action, unité de temps, unité de lieu. Une seule action primordiale, une journée de vingt-quatre heures, un seul espace représenté sur scène. Citer Boileau avec son Art poétique servait d’argument d’autorité : « Qu’en un Lieu, qu’en un jour, un seul Fait accompli / Tienne jusqu’à la fin le Theatre rempli1 ». Certains, plus pointilleux, pouvaient néanmoins ajouter que le théâtre de la première moitié du siècle, tumultueux et indiscipliné, avait été marqué par des œuvres très irrégulières mais néanmoins appréciées du public. Cependant tout le monde s’accordait à dire qu’à partir des années 1660, les auteurs s’appliquaient à suivre scrupuleusement les règles par nature injonctives des théoriciens, ouvrant ainsi la porte à ce qu’on appelle l’âge classique du théâtre.

La leçon, si elle a le mérite d’être claire et précise, se doit d’être davantage nuancée, surtout en ce qui concerne le soi-disant espace dramatique unidimensionnel. En effet,...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.