Show Less
Restricted access

Des organisations «dynamiques» de l’oral

Series:

Edited By Elisabeth Richard

Longtemps déconsidérée ou traitée seulement par la négative, c’est la langue orale et sa désorganisation apparente, si souvent dénoncée, qui motivent le présent ouvrage. Comment appréhender ce flux de paroles continu ? A défaut de le maîtriser, comment en rendre compte, pour au moins l’observer, le (re-)connaître, en comprendre la dynamique, voire le modéliser ?
La problématique centrale de cet ouvrage est celle de l’organisation des productions orales. Les études rassemblées ici visent à la recherche d’unités stables, d’invariants prosodiques et/ou syntaxiques, d’unités de sens au-delà des variations contextuelles. Elles mettent au jour des modèles d’organisation propres à la langue orale selon deux fils directeurs : 1. Une organisation en temps réel ; 2. Une organisation discursive.
Cet ouvrage fait le point sur les apports des analyses les plus récentes aux divers champs de la linguistique de l’oral et démêle le faisceau des traits caractéristiques de l’organisation dynamique de la langue orale.

Show Summary Details
Restricted access

Ce que nous apprend l’examen des corpus oraux sur les in(tra)noyaux (INN). Unités (macro)syntaxiques : une autre segmentation pour une autre analyse (Sandra Teston-Bonnard)

Extract

| 143 →

Ce que nous apprend l’examen des corpus oraux sur les in(tra)noyaux (INN)

Unités (macro)syntaxiques : une autre segmentation pour une autre analyse

SANDRA TESTON-BONNARD

Université Lyon 2, UMR 5191, ICAR

1. Introduction

Le travail présenté dans cette contribution se réfère au cadre théorique de l’Approche Pronominale (AP), fondé par les chercheurs aixois du Groupement Aixois de Recherche en Syntaxe (GARS), dirigé par Claire Blanche Benveniste (Blanche-Benveniste et al. 1984).

Par une méthode inductive basée sur le recueil puis le traitement de données de la langue parlée, ce modèle a fait émerger des concepts inédits pour la recherche en syntaxe : les chercheurs du GARS ont proposé de décrire les propriétés formelles d’ordre distributionnel et les fonctionnements grammaticaux de toutes les unités du langage, y compris celles qui étaient rejetées ou peu répertoriées par la grammaire traditionnelle.

En effet, c’est à partir d’une syntaxe à deux modules – une syntaxe élargie – que les propriétés des éléments n’entrant pas dans les classements habituels de catégories grammaticales, et non reliés aux autres termes de l’énoncé par des liens grammaticaux identifiables, peuvent être observées.

Les deux modules se recoupent et sont superposables.

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.