Show Less
Restricted access

Des organisations «dynamiques» de l’oral

Series:

Edited By Elisabeth Richard

Longtemps déconsidérée ou traitée seulement par la négative, c’est la langue orale et sa désorganisation apparente, si souvent dénoncée, qui motivent le présent ouvrage. Comment appréhender ce flux de paroles continu ? A défaut de le maîtriser, comment en rendre compte, pour au moins l’observer, le (re-)connaître, en comprendre la dynamique, voire le modéliser ?
La problématique centrale de cet ouvrage est celle de l’organisation des productions orales. Les études rassemblées ici visent à la recherche d’unités stables, d’invariants prosodiques et/ou syntaxiques, d’unités de sens au-delà des variations contextuelles. Elles mettent au jour des modèles d’organisation propres à la langue orale selon deux fils directeurs : 1. Une organisation en temps réel ; 2. Une organisation discursive.
Cet ouvrage fait le point sur les apports des analyses les plus récentes aux divers champs de la linguistique de l’oral et démêle le faisceau des traits caractéristiques de l’organisation dynamique de la langue orale.

Show Summary Details
Restricted access

Les marqueurs discursifs rédupliqués. Deux cas de figure Ok ok ok… [là là] (Gaétane Dostie)

Extract

| 369 →

Les marqueurs discursifs rédupliqués

Deux cas de figure Ok ok ok… [là là]

GAÉTANE DOSTIE

Université de Sherbrooke, CATIFQ, Québec, Canada

1. Introduction : objet d’étude

Les productions orales recèlent nombre de séquences, aux statuts divers, où un même mot (ou encore un même groupe de mots) est reproduit sans qu’il n’y ait de pause nettement perceptible entre le segment de texte copié et sa copie (Moravcsik 1978 ; Wierzbicka 1986 ; Richard 2000, 2004, 2005 ; Hurch 2005 ; Inkelas & Zoll 2005 ; Rubino 2005 ; Faits de langues 2007). Parmi ces séquences, on peut notamment distinguer les cas suivants :

– La réutilisation non communicationelle de mots, où la reproduction n’est pas intentionnelle (ex. : un un livre ; Henry et Pallaud 2004) ;

– La répétition, où le même mot est utilisé de manière consécutive dans deux sens distincts (ex. : regarde là là dans lequel le premier là est un déictique de lieu et le second, un marqueur discursif) ;

– La réduplication pragmatique (RPr) qui a un caractère volontaire (contrairement à la réutilisation non communicationnelle) et qui, en tant que stratégie de discours, ne change pas la signification des unités reproduites (ex. : c’est très très gentil). Ce type de réduplication se décline en plusieurs sortes, dont les deux suivantes ;

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.