Show Less
Restricted access

Retour à l’objet, fin du musée disciplinaire ?

Series:

Edited By Diane Antille

La fin du musée disciplinaire est-elle possible ? Au vu du retour à l’objet qui s’observe dans les discours scientifiques et muséographiques, cette question paraît devoir à nouveau être posée. Des muséologues, des professionnels des musées, et des chercheurs actifs en Suisse, en France et au Canada, mettent en évidence les différents regards portés sur les objets de musée. Ils discutent comment les disciplines, mais aussi l’histoire des collections et la culture dans laquelle elle s’inscrit, modulent ou non le potentiel pluridisciplinaire des objets. Leurs contributions proposent ainsi diverses façons de penser le retour à l’objet. Musée sans discipline, musée pluridisciplinaire, ou exposition conviant diverses disciplines autour d’une même matérialité sont envisagés.

Show Summary Details
Restricted access

Objet et sensation historique. Le musée d’histoire selon J. Huizinga (Pierre Alain Mariaux)

Extract

Pierre Alain Mariaux

Objet et sensation historique.

Le musée d’histoire selon J. Huizinga

Par ces quelques réflexions sur le statut de l’objet dans la connaissance du passé, l’occasion m’est donnée de proposer au lecteur francophone la traduction d’un article important du grand historien néerlandais de la culture, Johan Huizinga (1872-1945). Paru dans De Gids en 1920, journal culturel et littéraire fondé en 1837 et dont l’historien assurait la rédaction depuis 1916, le texte s’inscrit dans les vives discussions autour de la réorganisation du Rijksmuseum d’Amsterdam. Il développe, sous le titre « Het historische museum », la vision d’un musée d’histoire autonome, appelé à jouer tout à la fois un rôle de « strapontin » disciplinaire et de « facilitateur » de la sensation historique, un musée où l’objet serait roi1. Titulaire de la chaire d’histoire à l’université de Leyde depuis 1915, Johan Huizinga vient de publier son Herfsttij der middeleeuwen (1919), traduit et publié en français la première fois en 1938, dans lequel s’exprime admirablement son approche « esthétique » de l’histoire2, et s’affirme comme un historien de la culture de tout premier plan, à l’instar de Jakob Burckhardt (1818-1897) au←177 | 178→ siècle précédent. Son goût affirmé pour les monuments (peinture, musique, expressions de l’artisanat comme du folklore, etc.), outre celui pour les documents, en l’occurrence les chroniques qui nourrissent ses réflexions d’historien, en fait un acteur intéressant à suivre sur ce plan. Notre historien con...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.