Show Less
Restricted access

Ferdinand Raimund et le renouvellement de la féerie viennoise

Series:

Fanny Platelle

L’ouvrage étudie la manière dont Ferdinand Raimund (1790-1836) reprend et transforme les conventions de la féerie viennoise, dans le théâtre populaire viennois marqué par de fortes contraintes institutionnelles et dramaturgiques. Il analyse les changements concernant la conception des pièces (recherche d’une alliance adéquate du sérieux et du comique), l’univers surnaturel (reflet des idéaux humains et de leur ébranlement) et le personnage comique (qui devient un modèle moral). Il évalue enfin la réception de ce théâtre et son caractère « populaire ». La prise en compte des manuscrits autographes et la comparaison avec ceux de censure et de théâtre permet une nouvelle approche de l’élaboration des pièces, de leur mise en scène et de leur portée critique.

Show Summary Details
Restricted access

Troisième Partie Le Personnage Comique : Du Bouffon Au Modèle Moral

Extract

WURZEL. Devant tous les braves gens,

 Devant l’amour et l’amitié,

 Devant l’ardeur des jeunes filles fidèles,

 Je retire mon chapeau.

 (Il l’ôte.)

Ce n’est pas de la cendre. Pas de la cendre1390.

Le personnage comique (Komische Person, Lustige Figur) joue un rôle central dans le théâtre populaire viennois. Selon la définition d’Eckehard Catholy, il se distingue des autres personnages de comédie en ce qu’il est fixe, contraste avec les protagonistes sérieux et interagit avec le public, ce qui est la source de son comique :

Mais eux seuls [les Zentralfiguren] sont des personnages comiques au sens strict du terme – comme Hanswurst est un personnage comique. Les autres personnages de la comédie appartiennent du point de vue structurel au type de personnages du drame sérieux ou de la tragédie. Comme ceux-ci, ils vivent dans l’espace et dans le temps de chaque pièce, comme ceux-ci ils cherchent à adapter exactement leur langue, leurs mimiques et leur gestuelle à la fonction qui revient à leur rôle dans la pièce. En revanche, le personnage comique de la comédie reste toujours identique. Il tire précisément son effet du comique continu qui résulte la plupart du temps de l’opposition avec les autres personnages de la pièce (par exemple les amoureux), et qui naît et se développe dans le contact avec le public1391.

Le personnage...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.