Show Less

Polyphonie parisienne et architecture au temps de l’art gothique (1140–1240)

Series:

Pascale Duhamel

Qui n’a pas, à l’écoute d’un organum parisien, établi un rapport avec l’architecture des cathédrales gothiques, ou rencontré une telle comparaison dans un ouvrage traitant de musique ou d’histoire de l’art ? Ces rapports résultent de deux faits : d’une part, un remarquable parallélisme entre les événements marquants de la polyphonie parisienne et de l’architecture gothique, et d’autre part, la propension actuelle à percevoir de façon spontanée cette analogie. Cet ouvrage propose donc un nouvel examen de ce parallélisme historique en tenant compte de la perception actuelle, et en se basant sur les caractères concrets de l’architecture des cathédrales gothiques, de la polyphonie de Notre-Dame et du contexte culturel et intellectuel de l’époque. Basées sur la pensée scolastique, les analyses des compositions polyphoniques et des cathédrales gothiques d’Ile-de-France font ressortir des structures qui expliquent enfin que l’on perçoive entre ces œuvres des liens organiques et esthétiques. Cet ouvrage propose un parcours inédit d’éléments historiques concrets vers l’organisation et la perception de créations centrales de l’art médiéval.

Prices

Show Summary Details
Restricted access

2. Polyphonie parisienne 39

Extract

39 2. Polyphonie parisienne Le Magnus liber organi, recueil de polyphonie parisienne, est un réper- toire de compositions polyphoniques nommées « organa ». L’organum est issu d’un cheminement riche de quatre siècles essentiellement fondé sur une ligne musicale extraite du répertoire grégorien, nommé cantus firmus. Rappelons que le Magnus liber organi a été composé approximati- vement entre 1160 et 12401. Sa création s’est déroulée en deux phases. La première attribuée à Léonin ne contient que des organa à deux voix, c’est-à-dire des dupla. La deuxième modernise cette version ; Pérotin a pour cela composé des sections qui remplacent entre autres celles d’un style plus ancien (clausulæ). Il a également composé des nouveaux organa dupla, ainsi que des organa tripla (à trois voix) et des organa quadrupla (à quatre voix)2. Dans les deux versions, l’organum se distingue par trois caractéris- tiques fondamentales. Ce répertoire a d’abord été conçu dès le départ comme un ensemble qu’Anonyme IV nomme le « grand livre d’organum ». Deuxièmement, elle est marquée par la coexistence de trois textures contrastées à l’intérieur d’un même organum : l’organum purum, la copula et le déchant. Enfin, toute la polyphonie parisienne repose sur une nouvelle organisation et une nouvelle notation du rythme basé sur le système modal. Ces trois caractéristiques – le répertoire, la coexistence de trois textures et le rythme modal – déterminent chacune à leur façon la compréhension et la...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.