Show Less

Polyphonie parisienne et architecture au temps de l’art gothique (1140–1240)

Series:

Pascale Duhamel

Qui n’a pas, à l’écoute d’un organum parisien, établi un rapport avec l’architecture des cathédrales gothiques, ou rencontré une telle comparaison dans un ouvrage traitant de musique ou d’histoire de l’art ? Ces rapports résultent de deux faits : d’une part, un remarquable parallélisme entre les événements marquants de la polyphonie parisienne et de l’architecture gothique, et d’autre part, la propension actuelle à percevoir de façon spontanée cette analogie. Cet ouvrage propose donc un nouvel examen de ce parallélisme historique en tenant compte de la perception actuelle, et en se basant sur les caractères concrets de l’architecture des cathédrales gothiques, de la polyphonie de Notre-Dame et du contexte culturel et intellectuel de l’époque. Basées sur la pensée scolastique, les analyses des compositions polyphoniques et des cathédrales gothiques d’Ile-de-France font ressortir des structures qui expliquent enfin que l’on perçoive entre ces œuvres des liens organiques et esthétiques. Cet ouvrage propose un parcours inédit d’éléments historiques concrets vers l’organisation et la perception de créations centrales de l’art médiéval.

Prices

Show Summary Details
Restricted access

Conclusion 245

Extract

245 Conclusion Les recherches portant sur les relations entre divers domaines de l’art comportent toujours beaucoup de risques.1 En premier lieu, la question de l’analogie suscite la méfiance. On l’a souvent assimilée avec la mé- taphore qui pourtant relève davantage de la figure rhétorique et poéti- que qu’à la perception.2 Elle présente aussi pour plusieurs un caractère intuitif qui l’invaliderait. D’autre part, le travail historique en tant que reconstruction histo- rique a également ses détracteurs.3 De leur point de vue, la construction de la pensée médiévale comme un ensemble ou un système réglé dans les moindres détails ne reflète pas la réalité médiévale. Quant à la pos- sibilité de prouver les liens effectués entre ses divers concepts, elle est presque nulle, d’autant plus qu’elle n’aurait que peu en commun avec la réalité médiévale. Enfin, sur cette base, les liens entre les différents domaines médiévaux d’activité, sont encore moins pertinents. Dans le cas du lien entre la musique et l’architecture, les difficultés de recons- truction historique de l’acoustique leur semblent suffisantes pour élimi- ner la question. Et pourtant, tous ces arguments, témoignant d’une part de la réa- lité, ne réussissent pas en fin de compte à convaincre que la question est 1 Gilbert Gadoffre, « Introduction », in André Lichnerowicz, François Perroux et Gilbert Gadoffre, Analogie et connaissance, tome 1 : Aspects historiques, Paris : Maloine,...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.