Show Less

Une autre avant-garde

La métaphysique, le retour à la tradition et la recherche religieuse dans l’œuvre de René Daumal et de Daniil Harms

Series:

Tetyana Ogarkova

Nés et morts pratiquement en même temps, René Daumal (1908-1944) et Daniil Harms (1905-1942) ont vécu simultanément les mêmes moments-clés dans leurs cheminements artistiques et philosophiques. Cet ouvrage évalue des œuvres de ces deux écrivains si éloignés géographiquement, cadets de deux grands mouvements modernistes du XX e siècle (le surréalisme français et le futurisme russe) et démontre l’évolution organique de l’avant-garde européenne dans les années 1920-1930. En s’appuyant sur une lecture critique de l’image courante d’une avant-garde libératrice, révolutionnaire et athée dans son culte du progrès, l’auteur met en lumière l’existence de cette autre avant-garde, métaphysique et même religieuse, anti-révolutionnaire dans sa résistance au progrès, et finalement, dans un sens plus large, « antimoderne ».
La poésie métaphysique, la vision du monde contemporain comme un « contre-monde », le sens de l’absurde et les projets sotériologiques, c’est là l’ensemble des questions abordées dans cet ouvrage. Il met en évidence cette face cachée de l’avant-garde telle que l’expriment ces deux écrivains dans leurs œuvres respectives, qui continuent aujourd’hui à susciter l’intérêt de leur lointaine postérité au-delà de tous les pessimismes et optimismes du XX e siècle.

Prices

Show Summary Details
Restricted access

PARTIE I Avant-gardistes à la recherche de l’Absolu 21

Extract

PARTIE I Avant-gardistes à la recherche de l’Absolu 23 René Daumal et Daniil Harms sont poètes dans leur première période. Daumal est l’auteur d’un recueil poétique, Le Contre-Ciel, qui paraît en 1936, et il revient au vers libre à la fin des années trente. Harms, dans les années vingt, écrit de nombreux poèmes dans la tradition post- futuriste, et cette poésie, dans son volume global, constitue presque la moitié de son œuvre. La poésie de nos auteurs, bien qu’inscrite dans l’époque avant- gardiste, est déjà en dissonance avec le contexte littéraire de l’époque. Le Contre-Ciel de Daumal, dont la rédaction s’étale tout au long des années vingt et dont la version finale date de 1936, ne doit rien à l’écriture automatique surréaliste et Daumal lui-même se montre très peu intéressé par cet aspect formel de la poésie. Quant à Harms, il semble laisser de côté, vers 1930, la poétique «transrationnelle» pour évoluer vers une poésie «philosophique». Sans doute, dans la poésie de Daumal comme dans celle de Harms, l’usage très libre de la forme poétique est-il perceptible. Toutefois, ce qui nous paraît le plus intéressant dans notre perspective, c’est moins la recherche formelle qui pourrait démontrer le degré de la proximité de la poésie de Daumal et de Harms à l’avant-garde poétique que le message fondamental de cette poésie, qui...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.