Show Less

Une autre avant-garde

La métaphysique, le retour à la tradition et la recherche religieuse dans l’œuvre de René Daumal et de Daniil Harms

Series:

Tetyana Ogarkova

Nés et morts pratiquement en même temps, René Daumal (1908-1944) et Daniil Harms (1905-1942) ont vécu simultanément les mêmes moments-clés dans leurs cheminements artistiques et philosophiques. Cet ouvrage évalue des œuvres de ces deux écrivains si éloignés géographiquement, cadets de deux grands mouvements modernistes du XX e siècle (le surréalisme français et le futurisme russe) et démontre l’évolution organique de l’avant-garde européenne dans les années 1920-1930. En s’appuyant sur une lecture critique de l’image courante d’une avant-garde libératrice, révolutionnaire et athée dans son culte du progrès, l’auteur met en lumière l’existence de cette autre avant-garde, métaphysique et même religieuse, anti-révolutionnaire dans sa résistance au progrès, et finalement, dans un sens plus large, « antimoderne ».
La poésie métaphysique, la vision du monde contemporain comme un « contre-monde », le sens de l’absurde et les projets sotériologiques, c’est là l’ensemble des questions abordées dans cet ouvrage. Il met en évidence cette face cachée de l’avant-garde telle que l’expriment ces deux écrivains dans leurs œuvres respectives, qui continuent aujourd’hui à susciter l’intérêt de leur lointaine postérité au-delà de tous les pessimismes et optimismes du XX e siècle.

Prices

Show Summary Details
Restricted access

Conclusions de la deuxième partie 211

Extract

211 Conclusions de la deuxième partie Daumal et Harms, cadets de leurs avant-gardes respectives, partent tous deux du paradigme de l’exigence de renouveau. Pourtant, en marge des contextes avant-gardistes dans lesquels ils évoluent tous deux, ils tournent leur regard non pas seulement vers le futur, mais aussi vers le passé comme source essentielle d’inspiration, ce qui explique que la «révélation» dans Le Grand Jeu remplace la «révolu- tion» des surréalistes. La critique du monde moderne telle qu’elle est envisagée dans les pages de la revue est traversée par l’idée de «révélation», laquelle devrait faire ressurgir un homme sauvage dans l’homme civilisé. La tentative de Gilbert-Lecomte et de Daumal de «faire la synthèse de toutes les antinomies» est largement inspirée par la tradition occulte et ésotérique. Enfin, la révélation comprise comme un accès à la vérité dévoilée, renforce l’importance de l’expérience de la voyance. En parallèle avec la révélation du Grand Jeu, nous avons démontré que les formalistes russes engagent une critique de la langue «auto- matisée» et prônent la «résurrection du mot», résurrection qu’ils ob- servent précisément dans la pratique des futuristes. Ceux-ci, en effet, puisent souvent leur inspiration dans les couches de la conscience archaïque aussi bien que dans les sources religieuses, de sorte qu’ils articulent le grand mythe du renouveau à la thématique du retour vers le pass...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.