Show Less

Nerval. Recherche de l’autre et conquête de soi

Contribution au suivi d’une genèse du "Voyage en Orient</I>

Series:

Aki Taguchi

Le lecteur des huit cents pages du Voyage en Orient de Gérard de Nerval peut difficilement concevoir les étapes de la constitution de ce riche et long récit. Initialement publié dans divers périodiques entre 1840 et 1850, puis « reconstruit » en 1851, l’ouvrage comporte nombre de variantes. Dans les publications antérieures à 1850, Nerval n’a pas donné immédiatement à ses chroniques tout le sens de la version finale. La critique nervalienne a donc souvent pu souligner la nécessité d’une recherche approfondie sur ces variantes. Cette étude tente de combler cette lacune en proposant au lecteur de scruter pas à pas l’élaboration d’une des plus belles invitations au voyage qui soit. En mettant à jour les étapes de la transformation du Voyage en Orient de feuilletons en livre, des variantes des premiers jets aux recompositions ultérieures, l’auteur de cette étude décèle et déploie, sur les traces du voyageur, la naissance progressive de l’écrivain, tout en dégageant la logique interne qui a déterminé son texte définitif.

Prices

Show Summary Details
Restricted access

* Des feuilletons au livre

Extract

91 et « Les Amours de Vienne » de la Revue de Paris, qui est une lettre- journal romancée. Nous examinerons d’abord chaque article pour mieux voir comment Nerval monte le texte définitif du Voyage en Orient, et nous aborderons les effets de ce montage, dans le style et le fond, ainsi que les conséquences qu’il eut dans la vie littéraire de son auteur. « Les Amours de Vienne » dans la Revue de Paris Nerval a exploré les possibilités de la forme épistolaire en 1841-1844 ; il a rédigé des récits qui sont classés parmi les « Essais romanesques » dans les Œuvres complètes de l’édition de la Pléiade : « Un roman à faire », « Le roman tragique » et « Lettres d’amour2 ». Dans le chapitre précédent, nous avons déjà évoqué l’article du 7 mars 1841 intitulé « Les Amours de Vienne », lorsque nous avons évoqué le rôle des cousins, Henri de Brégeat et Fritz. Ce texte, « Les Amours de Vienne », se classe également dans cette catégorie du récit par lettres. Il est écrit sous la forme épistolaire, comme les autres articles qui constituent le Voyage en Orient. Pourtant, ce qui distingue « Les Amours de Vienne » des autres parties du Voyage en Orient, c’est qu’il est un journal comportant à la fois une datation et le destinataire nommément désigné. L’article « Les Amours de Vienne » se divise en deux parties : dans la lettre d’Henri à son oncle habitant le Périgord, le narrateur vouvoie le...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.