Show Less

Nerval. Recherche de l’autre et conquête de soi

Contribution au suivi d’une genèse du "Voyage en Orient</I>

Series:

Aki Taguchi

Le lecteur des huit cents pages du Voyage en Orient de Gérard de Nerval peut difficilement concevoir les étapes de la constitution de ce riche et long récit. Initialement publié dans divers périodiques entre 1840 et 1850, puis « reconstruit » en 1851, l’ouvrage comporte nombre de variantes. Dans les publications antérieures à 1850, Nerval n’a pas donné immédiatement à ses chroniques tout le sens de la version finale. La critique nervalienne a donc souvent pu souligner la nécessité d’une recherche approfondie sur ces variantes. Cette étude tente de combler cette lacune en proposant au lecteur de scruter pas à pas l’élaboration d’une des plus belles invitations au voyage qui soit. En mettant à jour les étapes de la transformation du Voyage en Orient de feuilletons en livre, des variantes des premiers jets aux recompositions ultérieures, l’auteur de cette étude décèle et déploie, sur les traces du voyageur, la naissance progressive de l’écrivain, tout en dégageant la logique interne qui a déterminé son texte définitif.

Prices

See more price optionsHide price options
Show Summary Details
Restricted access

* Feuilletoniste contre écrivain

Extract

115 « A bâtons rompus » Le narrateur du Voyage en Orient conclut son dernier chapitre sur Vienne par un post-scriptum : « P.-S. – Ne sois pas trop sévère pour cette corres- pondance à bâtons rompus… A Vienne, cet hiver, j’ai continuellement vécu dans un rêve. Est-ce déjà la douce atmosphère de l’Orient qui agit sur ma tête et sur mon cœur84 ? » Ce sont là des phrases qui figurent seulement dans le Voyage en Orient. L’expression « la douce atmos- phère » atténue ici la présence de la crise d’Orient de 1839-1841, de sorte que le narrateur focalise l’intérêt du récit sur la pensée du héros. Cette mention du rêve démontre par ailleurs la présence de deux narra- teurs, celui qui rapporte les aventures connues dans les tavernes, les théâtres de la ville de Vienne et l’amoureux des femmes qui est identifié à Casanova ou à don Juan. La lettre-journal est, nous l’avons vu, tantôt suspendue tantôt recom- mencée. Récapitulons les excuses formulées depuis le journal du 7 dé- cembre : 7 décembre – « Je transcris ici cinq lignes sur un autre papier. Il s’est écoulé bien des jours depuis que les quatre pages qui précèdent ont été écrites. […] C’est que le dénouement que tu auras prévu en lisant les premières pages a été suspendu tout ce temps… Tu me sais bien incapable de te faire des...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.