Show Less

L’au-delà au Moyen Age

« Les visions du chevalier Tondal » de David Aubert et sa source la « Visio Tnugdali » de Marcus- Edition, traduction et commentaires

Yolande de Pontfarcy-Sexton

Les Visions du chevalier Tondal – récit du voyage dans l’au-delà de l’âme d’un chevalier irlandais plongé dans le coma – ont été rédigées à Gand, en 1475, par David Aubert, pour Marguerite d’York, duchesse de Bourgogne. Elles sont pour la première fois publiées ici avec leur source, d’après un manuscrit inédit : la Visio Tnugdali, écrite en Bavière, en 1149, par Marcus, un moine irlandais, à la demande de l’abbesse G. du couvent bénédictin de St Paul-hors-les Murs de Ratisbonne. La comparaison de ces textes et l’étude du contexte historique et culturel des deux auteurs mettent en relief l’investissement du traducteur et les divergences qui en résultent, tout en montrant la dimension européenne de l’époque médiévale et l’évolution des pensées, ne serait-ce que dans la conception spatiale de l’au-delà. La présentation du texte latin sous sa traduction en moyen français, avec, en regard la traduction en français moderne du récit suivie des notes, simplifie cette approche comparative complexe, tout en la rendant accessible à un large public.

Prices

See more price optionsHide price options
Show Summary Details
Restricted access

Les Visions du chevalier Tondal de David Aubert et la Visio Tnugdali de Marcus 1

Extract

Les Visions du chevalier Tondal de David Aubert (Los Angeles, Getty Museum, ms. 30) et sa source la Visio Tnugdali de Marcus (Gand, Universiteitsbibliotheek, ms. 316) 2 Les Visions du chevallier Tondal a [fo. 7ra] /13 Cy commence le livre /14 d’un chevallier et grant /15 seigneur en Yrlande, et /16 fut nommé messire Tondal. /17 Et est contenu en cestuy /18 livre comment son ame /19 parti de son corps, comment /20 elle vey et senti les tour- /21mens d’enfer, et ainsi /22 les peines de purgatoire1. /23 Et aprés l’angele luy /24 moustra la gloire et la /25 noblesse de paradis, et /26 puis luy fut l’ame remise /27 ou corps. Et luy fut ce /28 moustré pour le dompter [fo. 7rb] b /13 et ratraire de sa perverse /14 vye. Le prologue2. /15 Tous ceulx quy /16 leur courage et /17 affection ont et /18 arrestent en l’amour de /19 ce monde present, trop /20 voulentiers escoutent et /21 racomptent fables et tous /22 exemples de vanitez, si /23 en oublient souvent les /24 grans biens de paradis /25 et les tourmens d’enfer /26 pardurables dont ilz sont /27 malement decheus; maiz /28 ceulx quy ayment Dieu [fo. 7va] /1 et desirent le salut /2 de leur ame, quierent et /3 demandent les exemples /4 de verité et de vertus qui /5 leur moustrent et ensei- /6gnent que nulz ne puet /7 parvenir a la gloire des /8 cieulz sans porter grans /9 tribulations et peines....

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.