Show Less

De la banlieue stigmatisée à la cité démystifiée

La représentation de la banlieue des grands ensembles dans le cinéma français de 1981 à 2005

Series:

David-Alexandre Wagner

Quelle est l’image des quartiers difficiles au cinéma ? Est-ce la même image, souvent stéréotypée et stigmatisée que celle qu’en donnent généralement les médias ? Les films de banlieue sont-ils aujourd’hui un nouveau genre au sein du cinéma français ? Comment a évolué l’image des personnes principaux, de la famille, des rapports hommes-femmes, ou de la violence et de la religion ? Comment sont abordées les questions d’intégration dans ces films ? Et que nous disent aussi l’usage de la musique, de l’architecture, ou les conditions de production et de réception des films de banlieue ?
C’est par l’analyse novatrice d’un vaste corpus de plus de 40 films, combinant tableaux statistiques et analyses de fond, que l’auteur tente de répondre à ces questions. De Laisse béton à Banlieue 13, en passant par Le Thé au harem d’Archimède, De Bruit et de fureur, La Haine, La Squale ou Ze film, l’auteur fait le pari d’une approche « totale » qui ne se limite pas à quelques films emblématiques.
Il en ressort une image hétérogène et nuancée des cités et de leurs habitants, radicalement différente de celle avancée généralement par les médias d’information, et qui remet à plat un bon nombre de stéréotypes. Par la construction progressive d’un espace cinématographique qui n’est pas (ou plus) le lieu menaçant de l’Autre, ces films invitent, dans un grand élan d’optimisme et de justice, à une réconciliation de la France avec ses banlieues.

Prices

Show Summary Details
Restricted access

Deuxième partie : La vie de cité 73

Extract

Deuxième partie : La vie de cité 74 75 Pour commencer cette étude des représentations, il nous a semblé naturel d’aborder en premier les hommes et les femmes qui habitent la cité dans les films. Nous nous pencherons donc tour à tour sur les caractéristiques des personnages principaux, du cadre familial et sur l’image des femmes, des hommes et de leurs relations. Puis, nous nous intéresserons aux repré- sentations de la violence, la délinquance et la drogue, avant d’examiner les problématiques liées aux questions d’identité et d’intégration telles que nous les percevons dans les films de notre corpus. La vie de cité I. Les gens des cités A. Les personnages principaux 1. Profils des personnages centraux « Couleur ethnique » et nombre de personnages centraux Le nombre de personnages centraux Traditionnellement, le trio « black-blanc-beur » mis en avant par La Haine est présenté comme un cliché établi du film de banlieue. Or, un décompte détaillé à partir des films de notre corpus fait ressortir une situation plus nuancée, à la fois en ce qui concerne le nombre de personnages centraux et leur « couleur ethnique ». On s’aperçoit que l’on est plutôt en présence de duos ou de groupes (plus de trois personnages) au centre des films. Le trio est loin de repré- senter la norme. Sur 43 films observés, les deux tiers sont dominés à parts égales par des duos ou des groupes de personnages principaux, les per- sonnages...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.