Show Less

L’image du « Togolais nouveau » dans l’œuvre romanesque de Félix Couchoro

Series:

Koutchoukalo Tchassim

Cet ouvrage présente l’image du Togolais au temps pré-colonial, colonial et post-colonial à travers l’œuvre romanesque de Félix Couchoro. Il explore la question de l’évolution du colonisé non pas dans un rapport conflictuel avec le colonisateur mais dans un esprit d’acceptation passive des apports de la colonisation. Ce livre réunit des données anthropologiques, ethnologiques, historiques, sociologiques et linguistiques exploités par le romancier Félix Couchoro. Il ressort l’idéologie assimilationniste défendue par le romancier avec conservation des pratiques traditionnelles moins gênantes et l’abandon de celles jugées obsolètes dans un monde en évolution. En outre, cet ouvrage réalise les contours de la vie syncrétique de l’évolué. La question de la marginalisation de la femme africaine, de la littérature africaine, au moment où était en vogue le mouvement de la négritude, y est soulevée. L’écriture migratoire de l’écrivain, située entre l’ostentation et le populaire, est aussi soigneusement analysée. Cet ouvrage présente l’histoire des ex-colonisés, une histoire écrite dans les romans de Couchoro, une histoire revisitée.

Prices

Show Summary Details
Restricted access

Deuxième partie La vie matérielle de «l’homme nouveau» dans l’oeuvre de Félix Couchoro 101

Extract

Deuxième partie La vie matérielle de «l’homme nouveau» dans l’œuvre de Félix Couchoro 102 103 La révolution industrielle occidentale, motrice de l’expansion commer- ciale mondiale, favorise le contact de l’Afrique avec l’Occident. Ce contact débouche plus tard sur la colonisation caractérisée par l’occu- pation des territoires africains, puis la balkanisation de l’Afrique. De l’occupation territoriale s’est ensuivie la conquête humaine, modifiant le mode de vie de l’Africain. Ainsi, le Togo colonial connaît la domination de trois puissances dont l’une bipartite: la domination allemande, la domination franco- anglaise et la domination française. L’ambition du colonisateur, que ce soit sous l’une ou l’autre des dominations, est d’inculquer à l’indigène, par le biais de «l’école moderne» et la «nouvelle religion», la culture de l’occupant. Aussi, l’école forme-t-elle des indigènes servant de cadres auxiliaires dans l’administration coloniale. Cette nouvelle situation de salarié que vivent désormais les indigènes modifie profondément leur mode de vie. Le mode de vie et l’aisance matérielle de l’occupant les séduisent, puis ils s’en aliènent progressivement. Ainsi, sont spectacu- lairement modifiés: le style vestimentaire, l’art culinaire, l’art architec- tural, les divertissements etc., bref, tous les domaines de la vie indigène sont affectés par ce nouveau climat, celui de l’évolution. L’école est le moyen le plus sûr par lequel l’indigène accède à la modernité. Mais d’autres moyens tels que le commerce et l’agriculture y contribuent...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.