Show Less

Lieux de mémoire en Orient grec à l’époque impériale

Series:

Edited By Anne Gangloff

Issu d’un colloque international qui s’est tenu à Lausanne en avril 2011, cet ouvrage s’inscrit dans le champ des études culturelles sur la mémoire et les constructions identitaires. Il exploite la notion de « lieu de mémoire » d’abord au sens physique du terme, les Grecs et les Romains ayant porté une grande attention au pouvoir évocateur des lieux concrets. Sont examinés, dans l’Orient grec sous domination impériale, divers lieux – cités, sanctuaires, fleuves, tombeaux – considérés par leurs contemporains comme des marqueurs identitaires et des points d’ancrage pour la mémoire. Ces lieux ont suscité des visites, des commémorations, des conflits entre communautés ; certains ont été investis par le pouvoir romain qui a cherché à poser les marques de son hégémonie. Comment étaient-ils construits et par qui ? Comment ont-ils évolué dans le temps ? Comment identifier, à présent, les lieux de mémoire antiques ? Ce livre rassemble des études en français et en anglais d’historiens, de philologues, de spécialistes de l’archéologie et de l’iconographie qui ont analysé des lieux de mémoire en Grèce continentale, en Asie Mineure et dans le Proche-Orient depuis le début de l’époque impériale jusque dans l’Antiquité tardive.

Prices

Show Summary Details
Restricted access

Lieux de mémoire et identité civique

Extract

« MÉMOIRE ÉTERNELLE » : L’HERÔON D’OPRAMOAS À RHODIAPOLIS Claude Bérard Lausanne Deux ou trois difficultés, qui eussent fait traîner des années une conférence de paix si les principaux intéressés avaient eu avantage à la tirer en lon- gueur, furent aplanies par l’entregent du marchand Opramoas, qui avait l’oreille des satrapes. Marguerite Yourcenar, Mémoires d’Hadrien (Tellus Stabilita) N’est-il pas hautement significatif de découvrir Opramoas mentionné dans les Mémoires d’Hadrien ? Nous y vérifions l’érudition de l’auteur, encore que le qualificatif de « marchand » ne restreigne par trop l’envergure du person- nage. Marguerite Yourcenar ne pouvait connaître l’herôon en question, et donc n’avait pas accès aux archives de Rhodiapolis. Quant à « Mémoire éternelle », je l’emprunte à une page de F. Cumont, la formule memoriae aeternae ouvrant de nombreuses épitaphes. « L’épigraphie abonde », précise l’auteur, « en fondations perpétuelles destinées à assurer le culte du tombeau, la célébration des fêtes, la distribution de dons, afin de faire durer à jamais un sentiment de gratitude envers celui qui les a instituées » ¹. 1. Cumont 1966, 255 ; la formule a été reprise par l’Eglise orthodoxe dans la liturgie des défunts. claude Bérard142 Héroïsation et archivage Connaissant relativement bien la Lycie, ce qui m’avait frappé, en visitant Rhodiapolis, c’est l’association de l’herôon d’Opramoas avec les archives de la cité. Autrement dit, l’héroïsation du personnage, et donc l’éternité de sa mémoire basée sur l’affichage...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.