Show Less

Réception et Créativité

Le cas de Stendhal dans la littérature Japonaise moderne et contemporaine

Edited By Julie Brock

Ce livre présente les trois dernières sessions du projet de l’Institut international des Hautes études de Kyôto (IIAS) « Réception et créativité – Le cas de Stendhal dans la littérature japonaise moderne et contemporaine ».
Visant à élucider les rapports entre la création et la réception, cette recherche réunit des spécialistes de littérature française, japonaise, générale et comparée, de philosophie, d’esthétique, ainsi que des traducteurs, éditeurs, critiques, créateurs et adaptateurs. Elle s’appuie sur la théorie de Marc-Mathieu Münch, l’effet de vie, qui défi nit le phénomène littéraire du point de vue anthropologique. C’est au prisme de la relation humaine que ce livre examine les rapports entre Stendhal et ses lecteurs japonais, eux-mêmes auteurs de littérature, critiques ou traducteurs.

Prices

Show Summary Details
Restricted access

LIVRE V – CINQUIEME SESSION: L’effet de vie, moteur de la traduction ?

Extract

LIVRE V CINQUIEME SESSION (12-13 novembre 2010) L’EFFET DE VIE, MOTEUR DE LA TRADUCTION ? FLORENCE LAUTEL-RIBSTEIN Préface La traduction et la littérature se sont souvent donné pour tâche une exploration des relations du visible et de l’invisible : relations enten- dues comme expérience tendant à percevoir quelque chose de la « chair » cachée du monde, et s’accompagnant de l’intuition des modes selon lesquels la totalité sensible du texte se donne à éprouver. L’approche, par nature phénoménologique, de l’écriture et de la tra- duction, a pour objet de re-matérialiser l’apparence du monde, tout en nous révélant la puissance de l’esprit dans tous ses états. Edgar Morin écrit : « Les mots, dans un sens, nomment, c’est-à-dire isolent, distin- guent et déterminent des objets, comme le fera l’outil. Mais aussi, dans un sens inverse, ils évoquent des états (subjectifs) et permettent d’exprimer, de véhiculer toute l’affectivité humaine. D’où le double visage du langage ; par ses signes, il constitue le référent, c’est-à-dire un univers constitué de faits et d’objets, mais en même temps il per- met de transformer ce référent en signes de ses états d’esprit, de ses états d’âme, de ses états d’homme »1. Dans leur va-et-vient entre approche textuelle et approche traductive en japonais, les textes de Stendhal et de Chateaubriand présentés dans cet ouvrage ouvrent leurs portes à des synesthésies multiples. La langue japonaise à elle seule nous redit, dans une sorte de mise...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.