Show Less

L’Indéfinition en Khmer, du Groupe Nominal au Discours

Études des particules "naa et y</I>

Joseph Thach

Le présent ouvrage propose une étude systématique de deux indéfinis en khmer contemporain : naa et ʔəy. L’indéfinition exprimée par ces deux unités correspond à la non individuation des éléments sur lesquels elles portent. Avec naa, non individuation signifie qu’il y a mise en suspens d’une distinction première, tandis qu’avec ʔəy les éléments sont considérés en deçà de toute distinction. Autrement dit, ʔəy met en jeu une classe d’éléments sans qu’aucun d’entre eux ne soit distingué.
Chaque emploi de ces deux unités est décrit à la fois du point de vue de la sémantique propre à l’indéfini et de celui des propriétés de la séquence où il apparaît : propriétés lexicales des N, statut modal du prédicat, relations intersubjectives. Outre la question sur le concept d’indéfinition, cette étude de ces deux marqueurs du khmer constitue un lieu de questionnement sur deux autres faits linguistiques observés : d’un côté, les rapports entre la détermination nominale et la détermination discursive et, de l’autre, les différences et affinités existant entre certaines formes d’interrogations partielles et les indéfinis, qui se retrouvent également dans les langues voisines du khmer, le siamois, le lao et le vietnamien.

Prices

Show Summary Details
Restricted access

Remerciements

Extract

La genèse et l’aboutissement de ce travail n’auraient pas été possibles sans le soutien, à des niveaux divers, de nombreux maîtres et amis. Qu’il me soit permis d’exprimer tout d’abord ma profonde recon- naissance à M. Michel Aufray (†), professeur de linguistique à l’INaLCO, qui a su éveiller en moi l’intérêt, voire la passion, que j’entretiens désormais pour la linguistique, et ce depuis le début de mes études. Je suis particulièrement reconnaissant envers Mme Saveros Pou, figure incontournable dans le domaine de la khmérologie depuis plu- sieurs décennies, qui a bien voulu m’initier aux subtilités du khmer mo- derne, et m’a fait découvrir le khmer ancien ainsi que toute la richesse de la culture khmère. Le processus d’analyse des données et de formulations d’hypothèses doit beaucoup à M. Denis Paillard, directeur de Recherches au CNRS et professeur à Paris 7. Grâce aux nombreuses discussions que nous avons eues à Paris et à Phnom Penh, ce travail a pu prendre forme et atteindre son aboutissement. Son soutien amical m’a permis de surmonter des étapes difficiles. M. Michel Antelme, responsable de la section cambodgienne à l’INaLCO, s’est toujours montré présent au long de mes études. Je lui adresse mes plus sincères remerciements. Nos nombreuses discussions et notre intérêt commun pour la langue khmère et le Cambodge ont été pour moi un soutien infaillible lorsqu’il m’a fallu faire face à certaines épreuves. Et grâce à son aide précieuse, le présent ouvrage...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.