Show Less

L’écriture de l’espace dans l’œuvre de Thomas Bernhard et de Paul Nizon

Essai de poétique comparée

Series:

Anne-Sophie Gomez

Ce travail propose de s’interroger sur l’articulation de l’espace à la langue et à l’écriture dans les œuvres de Thomas Bernhard et Paul Nizon. L’objectif d’une telle étude est triple : permettre d’une part d’accroître la visibilité scientifique de Paul Nizon, réévaluer d’autre part le paradigme descriptif afin d’en relativiser l’influence souveraine, et contribuer, en troisième lieu, à la mise au jour d’une esthétique déceptive fondée sur les notions de décalage et de non-congruence (Fehlentsprechen). Cette étude vise à démontrer les vertus d’un rapprochement littéraire qui contribue à l’élaboration d’une poétique voire d’une esthétique comparée de Thomas Bernhard et de Paul Nizon.
A travers une analyse détaillée et microtextuelle des deux œuvres, l’auteure entend montrer que le travail de ces deux écrivains doit être considéré comme une auscultation vigilante de la langue allemande et comme une entreprise de réfection verbale passant notamment par un dépoussiérage lexical d’envergure. Progressivement, l’interrogation littéraire sur l’espace se mue en un questionnement des plus contemporains sur la subversion générique et l’espace littéraire.

Prices

Show Summary Details
Restricted access

Introduction 15

Extract

15 Introduction I. Le parti-pris d’un rapprochement jusqu’ici inédit 1. Un choix contestable? Dans son ouvrage Reflexionspoesie. Sprachskepsis, Rhetorik und Poetik im Prosawerk Thomas Bernhards Franz Eyckeler pointe du doigt le réflexe analytique consistant à comparer les œuvres de différents écrivains autrichiens, le plus souvent afin d’en souligner les convergences thématiques: „[Es ist eine] beliebt[e] Tradition der Forschung, österreichische Autoren untereinander zu vergleichen“.1 Les publications confrontant l’œuvre de Thomas Bernhard à celle d’autres auteurs sont en effet légion2, ainsi qu’en témoigne l’abondante littérature cri- N.B. Bien que nous ayons choisi de privilégier, lorsque celles-ci existent, les traductions publiées, nous nous réservons toutefois, dans les cas où de telles traductions nous paraissaient insatisfaisantes ou lacunaires, la pos- sibilité de les commenter voire de les compléter, en note ou au fil de notre démonstration. Quant aux citations reproduites en français et pour lesquelles aucun nom de traducteur n’est mentionné, elles correspon- dent, faute de traduction officielle de certains ouvrages ou publications scientifiques, à nos propres propositions de traduction. 1 Eyckeler, Franz: Reflexionspoesie. Sprachskepsis, Rhetorik und Poetik im Prosawerk Thomas Bernhards (1995), p. 114. «La recherche se plaît à comparer entre eux des auteurs autrichiens». 2 „Die Liste, mit der das Werk Bernhard sich vergleichen lassen mußte, geht ins Unermeßliche“. «Les auteurs avec lesquels Bernhard a été comparé sont si nombreux qu’il serait difficile d’en établir la liste». Schmidt-Dengler, Wendelin: „Absolute Hilflosigkeit (des Denkens). Zur Typologie der wissenschaftlichen...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.