Show Less

Le Locus Terribilis

Topique et expérience de l’horrible

Edited By Julian Muela Ezquerra

Les travaux critiques, peu nombreux, sur le locus terribilis ont toujours défini ce topos descriptif comme un simple contrepoint du locus amoenus exploré par H. R. Curtius. Les lieux hostiles détiennent cependant une place importante dans les textes narratifs français ou francophones, et leur fonction dépasse souvent celle de l’ inamoenitas décorative. Les études contenues dans ce volume révisent une double typologie d’espaces : d’un côté, elles analysent les mutations de certains loci « classiques » (enfer, forêt, désert, lieux d’exil …) ; de l’autre, elles montrent comment l’activité humaine redéfinit parfois (par sa seule présence ou par son intervention technique) les lieux de la fiction narrative, provoquant une nouvelle expérience de l’horrible. La hantise de l’hostile demeure donc accrochée à l’univers narratif et peut contribuer même à préciser les limites ou les clichés de certains genres littéraires.

Prices

Show Summary Details
Restricted access

L’enfer c’est les autres : sur l’espace hostile dans les romans du Graal du XIIe et du XIIIe siècles Esperanza BERME JO LARREA (Universidad de Zaragoza) 21

Extract

ESPERANZA BERMEJO LARREA L’enfer c’est les autres : sur l’espace hostile dans les romans du Graal du XIIe et du XIIIe siècles Introduction Les lieux de l’aventure s’organisent dans le roman de Chrétien de Troyes autour d’un axe qui glisse de l’espace sauvage à l’espace civilisé, et de là à l’espace de la merveille à partir de l’apparition du Château du Roi Pê- cheur1. Mais la présence de l’espace hostile y est très restreinte, car la seule occurrence que l’on y relève est celle du Château de Belrepaire, assiégé par Clamadeu des Iles et dont la description évoque des rues désertes, des maisons ouvertes et des habitants appauvris et affamés car les vivres y manquent, c’est-à-dire, le Gaste pays ou pays dévasté qui attend l’arrivée d’un chevalier pour recouvrer sa fécondité. Cette prédominance d’un espace agréable, plaisant ou tout au plus neutre, non marqué par des stigmas négatifs devient une constante dans les deux premières Continuations, dans celle de Gerbert de Montreuil, dans le Perceval du pseudo Robert de Boron ou Perceval-Didot. Néan- moins, l’espace hostile envahit Le Haut Livre du Graal ou Perlesvaus et un peu moins La Queste du Graal et L’Estoire del Saint Graal et conta- mine La Troisième Continuation de Manessier. Ce travail se propose d’analyser ses manifestations et de cerner ses causes. 1 La merveille est, selon Ferlampin-Acher (2003 : 46) « étymologiquement liée à la vue et il n’est...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.