Show Less

Les lieux d’exposition et leurs publics / Ausstellungsorte und ihr Publikum

Series:

Edited By Valérie Kobi and Thomas Schmutz

Longtemps considéré comme le lieu d’exposition par excellence, le musée entre depuis quelques années plus fréquemment en concurrence avec des espaces alternatifs d’exposition. Si le statut de l’œuvre d’art ne semble pas être remis en question par ces nouveaux modes de présentation, l’éclatement des limites muséales soulève toutefois diverses interrogations. Quelles interactions existe-t-il entre l’œuvre d’art et son espace d’exposition ? Ces lieux s’adressent-ils à un public particulier ? Et quel impact ces dispositifs ont-ils sur notre perception/réception des œuvres ainsi exhibées? C’est à ces questions que le colloque, « Les lieux d’exposition et leurs publics », tenu en 2011 à Neuchâtel et Bienne, a cherché de répondre en réunissant des spécialistes du monde académique, des musées ou encore du marketing.
Das Museum wurde lange Zeit als der Ausstellungsort schlechthin angesehen. Seit einigen Jahren tritt es jedoch immer häufiger in Konkurrenz mit alternativen Ausstellungsorten. Wenngleich der Status des Kunstwerks durch die neuen Präsentationsformen nicht in Frage gestellt zu sein scheint, wirft der Aufbruch musealer Grenzen verschiedene Fragen auf. Welche Wechselwirkung entsteht zwischen dem Kunstwerk und seinem Ausstellungsort? Wenden sich diese Orte an ein spezielles Publikum? Welchen Einfluss haben diese Dispositive auf unsere Perzeption/Rezeption der hier ausgestellten Werke? Das Kolloquium «Ausstellungsorte und ihr Publikum», das in 2011 in Neuenburg und Biel stattfand, brachte Experten aus Hochschule, Museum und Marketing zusammen, um Antworten auf diese Fragen zu finden.

Prices

Show Summary Details
Restricted access

Mathilde Schneider À la poursuite du public, ou les difficultés d’évaluer la véritable appropriation d’une expositionpar les visiteurs 77

Extract

77 Mathilde Schneider À la poursuite du public, ou les difficultés d’évaluer la véritable appropriation d’une exposition par les visiteurs Comme le disait si justement Michel Côté, alors directeur du musée des Confluences de Lyon: Les musées sont dans un monde de concurrence où l’offre s’est développée de façon très rapide. Ils se doivent d’une part, de maintenir et d’augmenter leur fréquentation et d’autre part, d’être des lieux de qualité permettant l’échange des savoirs. L’évaluation demeure un outil crucial dans l’atteinte de ces objectifs.1 C’est dans cette optique que le musée McCord d’histoire canadienne de Montréal a confié à deux étudiantes, Lucille Bourroux et moi- même, une mission de recherche en muséologie concernant l’évalua- tion des expositions, du point de vue de l’appropriation des messages muséaux. En cet été 2009, se tenaient trois expositions: une exposi- tion temporaire et chronologico-thématique Irlandais O’Quebec, une exposition permanente et thématique Simplement Montréal et une exposition temporaire, thématique, faisant intervenir de nombreux dispositifs interactifs, eSpace. La diversité de ces trois expositions nous permettant d’être confrontées à différentes problématiques, nous avons ainsi pu proposer un nouveau protocole d’évaluation, valide et adaptable à tout type d’exposition, afin de déterminer par quels biais muséographiques les visiteurs s’approprient ou non une exposition. 1 CÔTÉ Michel, «L’évaluation», Musées, 15/2, 1993, p. 3. 78 L’appropriation, une notion délicate à d...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.