Show Less

Les lieux d’exposition et leurs publics / Ausstellungsorte und ihr Publikum

Series:

Edited By Valérie Kobi and Thomas Schmutz

Longtemps considéré comme le lieu d’exposition par excellence, le musée entre depuis quelques années plus fréquemment en concurrence avec des espaces alternatifs d’exposition. Si le statut de l’œuvre d’art ne semble pas être remis en question par ces nouveaux modes de présentation, l’éclatement des limites muséales soulève toutefois diverses interrogations. Quelles interactions existe-t-il entre l’œuvre d’art et son espace d’exposition ? Ces lieux s’adressent-ils à un public particulier ? Et quel impact ces dispositifs ont-ils sur notre perception/réception des œuvres ainsi exhibées? C’est à ces questions que le colloque, « Les lieux d’exposition et leurs publics », tenu en 2011 à Neuchâtel et Bienne, a cherché de répondre en réunissant des spécialistes du monde académique, des musées ou encore du marketing.
Das Museum wurde lange Zeit als der Ausstellungsort schlechthin angesehen. Seit einigen Jahren tritt es jedoch immer häufiger in Konkurrenz mit alternativen Ausstellungsorten. Wenngleich der Status des Kunstwerks durch die neuen Präsentationsformen nicht in Frage gestellt zu sein scheint, wirft der Aufbruch musealer Grenzen verschiedene Fragen auf. Welche Wechselwirkung entsteht zwischen dem Kunstwerk und seinem Ausstellungsort? Wenden sich diese Orte an ein spezielles Publikum? Welchen Einfluss haben diese Dispositive auf unsere Perzeption/Rezeption der hier ausgestellten Werke? Das Kolloquium «Ausstellungsorte und ihr Publikum», das in 2011 in Neuenburg und Biel stattfand, brachte Experten aus Hochschule, Museum und Marketing zusammen, um Antworten auf diese Fragen zu finden.

Prices

Show Summary Details
Restricted access

François H. Courvoisier Le marketing des lieux d’exposition, du muséeau parc d’attractions 203

Extract

François H. Courvoisier Le marketing des lieux d’exposition, du musée au parc d’attractions Introduction «Proposer un rapprochement entre le musée et le parc d’attractions est incongru, provocant même. Tout oppose traditionnellement ces deux formes»1. Cette affirmation, introduisant un numéro spécial de la revue Culture & Musées paru en 2005, nous a suggéré le thème de cet article. Y aurait-il, dans le monde de la culture, une dichotomie d’institutions que tous les critères séparent? Par exemple, une cul- ture pour les érudits et une culture pour le peuple? Des institutions figées et des institutions dynamiques? Des endroits où l’on réfléchit et d’autres où l’on s’amuse? Ou bien, au contraire, les institutions culturelles peuvent-elles prendre des formes diverses mélangeant les genres et pouvant être positionnées sur un continuum où les fron- tières commencent à se brouiller? On observe aujourd’hui que les institutions patrimoniales défi- nies au sens large (ceci comprend non seulement les musées tra- ditionnels mais aussi les centres d’interprétation, les observatoires astronomiques, les lieux d’expositions scientifiques, les monuments historiques, les parcs naturels, les écomusées, etc.) connaissent des évolutions assez radicales. Placées parfois comme élément clé de la ville ou de la valorisation d’une région (elles peuvent alors être do- tées d’une architecture distinctive), elles doivent concilier de mul- tiples objectifs, notamment ceux définis par le Conseil internatio- nal des musées (ICOM): la conservation, l’...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.