Show Less

Chopin et son temps / Chopin and his time

Actes des Rencontres Internationales « harmoniques », Lausanne 2010 – Proceedings of the « harmoniques » International Congress, Lausanne 2010

Series:

Edited By Vanja Hug and Thomas Steiner

Ce volume présente les contributions des cinquièmes Rencontres Internationales organisées à Lausanne par la Fondation harmoniques en septembre 2010. Il offre un regard panoramique et des études à plusieurs voix sur la variété des écoles de facture de piano et des styles pianistiques à l’époque de Chopin. C’est la conjonction de l’observation scientifique, de la connaissance des sources historiques et de la pratique artisanale qui constitue l’intérêt principal de ces communications.
This volume comprises the proceedings of the fifth International Congress which was organised by the harmoniques foundation and held in Lausanne during September 2010. Through the juxtaposition of scientific observation, historical research and practical instrument-making in the assembled essays, an impressive diversity of piano making and playing encountered in Chopin’s time unfolds.

Prices

Show Summary Details
Restricted access

Jean Henri Pape (1789-1875). Au bonheur des dames (Catherine Michaud-Pradeilles)

Extract

1 Jules Sandeau, Olivier, Paris, 1854, p. 68. 2 Hector Berlioz, Les Grotesques de la Musique, Paris 1859, p. 159. (Première parution du texte contenant cette citation dans le Journal des Débats du 9 septembre 1856). Jean Henri Pape (1789-1875). Au bonheur des dames Catherine Michaud-Pradeilles La France est devenue musicienne pour le moins autant que l’Allemagne ; la mélomanie a tout envahie et il est difficile de prévoir où s’arrêtera le mal. Il n’est pas dans nos départements une ville de quatre mille âmes qui n’ait […] tous les jours à toute heure, deux ou trois cents mains occupées à tapoter sur le clavier de cet instrument sans âme et sans cœur qui s’appelle un piano ; c’est une rage, une maladie1. Au cœur du XIXe siècle, artistes, chroniqueurs, journalistes, écrivains tous intel- lectuels s’accordent à constater, voire à déplorer l’immense popularité du piano. Berlioz est de ceux là. Ainsi a-t-il hérité de la réputation de n’avoir pas aimé le piano. En fait, l’omniprésence de cet instrument dans la vie musicale française fournit au journaliste et non au compositeur maintes raisons de s’insurger contre ces « commodes nasillardes »2. Aucun autre instrument ne connaît un tel succès que le piano. Il est vrai que son habituelle promiscuité avec de grands artistes alimente les rêves et ajoute à son prestige. Mais d’autre part, les événements sociaux en France, de la prise de la Bastille en 1789 aux émeutes de 1848,...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.