Show Less

Chopin et son temps / Chopin and his time

Actes des Rencontres Internationales « harmoniques », Lausanne 2010 – Proceedings of the « harmoniques » International Congress, Lausanne 2010

Series:

Edited By Vanja Hug and Thomas Steiner

Ce volume présente les contributions des cinquièmes Rencontres Internationales organisées à Lausanne par la Fondation harmoniques en septembre 2010. Il offre un regard panoramique et des études à plusieurs voix sur la variété des écoles de facture de piano et des styles pianistiques à l’époque de Chopin. C’est la conjonction de l’observation scientifique, de la connaissance des sources historiques et de la pratique artisanale qui constitue l’intérêt principal de ces communications.
This volume comprises the proceedings of the fifth International Congress which was organised by the harmoniques foundation and held in Lausanne during September 2010. Through the juxtaposition of scientific observation, historical research and practical instrument-making in the assembled essays, an impressive diversity of piano making and playing encountered in Chopin’s time unfolds.

Prices

Show Summary Details
Restricted access

Annexes

Extract

Annexe 1 Notice sur les inventions et perfectionnemens apportés par H. Pape dans la fabrication des pianos (1839) 392 Annexes Annexe 1 393 394 Annexes Annexe 1 395 396 Annexes Annexe 1 397 398 Annexes Annexe 1 399 400 Annexes Annexe 1 401 402 Annexes Annexe 1 403 404 Annexes Annexe 1 405 406 Annexes Annexe 1 407 408 Annexes Annexe 1 409 410 Annexes Annexe 1 411 412 Annexes Annexe 2 Le piano de Madame Coignet Le piano avec le numéro de série 7007 sortit des ateliers Pleyel en avril 1839 ; un mois plus tard, Mme Coignet déboursait 2200 francs, et, devenue propriétaire, l’emportait fièrement dans sa demeure parisienne. Mesurant à peine plus de deux mètres de long, son petit piano à queue, plaqué en bois d’acajou, selon la mode, était un des modèles les plus récents et les plus réussis de la firme de la rue Cadet. D’une sonorité pleine et puissante, étonnante pour un instrument de cette taille, il pouvait, s’il était joué délicatement, émettre un véritable arc-en-ciel de timbres, de la caresse amoureuse d’un pianissimo au cri de douleur ou d’exultation d’un fortissimo. C’était l’instrument d’un poète; laissez aux acrobates virtuoses de choisir un piano d’Erard ! A l’instigation sans doute de son professeur de piano, un certain Frédéric Chopin, Mme Coignet possédait déjà un des ravissants petits pianinos de Pleyel, et elle acheta quelques années plus tard un deuxi...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.