Show Less

Lorsque le brouillard a cessé de nous écouter

Changement climatique et migrations chez les Q’eros des Andes Péruviennes

Geremia Cometti

Envisager le changement climatique du point de vue des acteurs qui en subissent les effets, tel est le pari de cet ouvrage. Les Q’eros forment une communauté transhumante établie dans la région de Cuzco (Pérou) dont la production agricole et le bétail sont significativement affectés par le changement climatique, notamment la variation du régime des pluies. Depuis une dizaine d’années, un nombre croissant de Q’eros migrent, principalement vers la ville de Cuzco. À partir d’enquêtes ethnographiques effectuées entre 2011 et 2014, cet ouvrage démontre la nécessité d’analyser la manière dont une société se représente le changement climatique afin de comprendre les interactions entre migrations et changement climatique. Par le biais d’une analyse des discours et des pratiques que les Q’eros maintiennent avec et au sein de leur environnement, cette étude révèle que la dichotomie nature–culture sur laquelle reposent les études conventionnelles des effets du changement climatique ne permet pas de rendre compte de la manière dont les Q’eros se représentent le changement climatique.

Prices

Show Summary Details
Restricted access

Épilogue

Extract

Pendant mon dernier voyage au Pérou, entre octobre et décembre 2014, j’ai rendu visite à Guillermo dans sa maison de Santa Rosa. Il était abattu parce que sa mère était tombée malade, sa femme avait également des problèmes de santé et son neveu était gravement souffrant – il décéda quelques mois plus tard. Face à cette terrible situation, Guillermo me confiait : « Nous avons décidé de retourner définitivement à Q’ero. Ici, à Cuzco, tout le monde tombe malade. Ce n’est pas un lieu pour nous. Nous rentrons vivre auprès de nos Apu avec nos alpagas ». Guillermo m’avait déjà répété plu- sieurs fois que son installation à Cuzco n’était que temporaire, son objectif était d’y rester jusqu’à ce que ses enfants aient terminé l’école primaire. Néanmoins, l’état de santé de ses proches l’a amené à changer ses pro- jets. Il a décidé en accord avec sa femme d’anticiper leur retour à Q’ero avec leurs enfants en bas âge. Cette décision et le vocabulaire mobilisé par Guillermo pour l’expliquer sont significatifs. En effet, comme je l’ai déjà souligné, on perçoit une analogie entre la maladie du corps et le change- ment climatique puisque le style de vie que les Q’eros mènent à Cuzco serait à l’origine des maladies qui tourmentent la famille de Guillermo. Le retour à la communauté serait donc une solution possible. Au sein de la communauté de Hatun Q’ero, Guillermo et sa famille de- vront faire face à deux ph...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.