Show Less

Prendre la parole en L2

Regard sur la compétence d’interaction en classe de langue

Series:

Evelyne Berger

Par quels moyens parvient-on à prendre la parole et à rebondir sur les propos d’autrui ? Comment peut-on obtenir et garder l’attention des autres participants dans un échange compétitif ? Comment manifeste-t-on une opinion divergente face à son interlocuteur ? Participer à une conversation requiert de prendre la parole au bon moment, tout en enchaînant de façon cohérente sur le fil de la discussion. Cet ouvrage examine ce phénomène auprès d’apprenants de langue seconde dans le contexte du travail en groupe. La recherche se base sur un corpus d’interactions authentiques enregistrées en classe de français L2, à l’école secondaire obligatoire en Suisse. Elle identifie les ressources linguistiques, prosodiques et non-verbales servant à la prise de parole. Les pratiques décrites témoignent d’une compétence d’interaction en développement. L’ouvrage offre également un tableau détaillé des modalités d’interaction du travail en groupe. Il interroge ainsi les opportunités de participation et d’apprentissage de la L2 qu’offre ce dispositif pédagogique.

Prices

Show Summary Details
Restricted access

3 Apprentissage et interactions en classe de langue

Extract

41 3. Apprentissage et interactions en classe de langue 3.1 Recherche interactionniste sur la classe de langue La classe de langue a cela de particulier qu’elle constitue à la fois un contexte institutionnel dont l’objectif principal est l’apprentissage d’une L2 et un contexte communicatif se déroulant très souvent dans cette même langue. Ce double enjeu de la langue en tant qu’objet péda- gogique et moyen de communication suscite depuis de nombreuses années un vif intérêt pour l’étude des interactions en classe de langue. 3.1.1 Un milieu institutionnel 3.1.1.1 Une communication orientée vers un objectif d’apprentissage Les participants d’une classe de langue sont réunis dans un même lieu physique dans le but d’apprendre ensemble une L2. Comme le relève Bange (1992 : 69), le rôle même de la classe de langue est une « maxi- misation de l’apprentissage » de la L2 en un temps réduit. L’optimisa- tion de cet apprentissage est possible par l’attribution à l’enseignant de la responsabilité de l’apprentissage des élèves. Les échanges verbaux ayant lieu dans ce contexte sont ainsi moti- vés par une visée pédagogique, contrairement à la conversation ordinaire dont la finalité est la réaffirmation des liens sociaux (Bigot 1996). Cette visée pédagogique est mutuellement reconnue par les acteurs (contrat didactique, De Pietro et al. 1989), car négociée par les participants ou établie à l’avance par le contexte socioculturel. Elle se matérialise à tra- vers des conduites jug...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.