Show Less

Prendre la parole en L2

Regard sur la compétence d’interaction en classe de langue

Series:

Evelyne Berger

Par quels moyens parvient-on à prendre la parole et à rebondir sur les propos d’autrui ? Comment peut-on obtenir et garder l’attention des autres participants dans un échange compétitif ? Comment manifeste-t-on une opinion divergente face à son interlocuteur ? Participer à une conversation requiert de prendre la parole au bon moment, tout en enchaînant de façon cohérente sur le fil de la discussion. Cet ouvrage examine ce phénomène auprès d’apprenants de langue seconde dans le contexte du travail en groupe. La recherche se base sur un corpus d’interactions authentiques enregistrées en classe de français L2, à l’école secondaire obligatoire en Suisse. Elle identifie les ressources linguistiques, prosodiques et non-verbales servant à la prise de parole. Les pratiques décrites témoignent d’une compétence d’interaction en développement. L’ouvrage offre également un tableau détaillé des modalités d’interaction du travail en groupe. Il interroge ainsi les opportunités de participation et d’apprentissage de la L2 qu’offre ce dispositif pédagogique.

Prices

Show Summary Details
Restricted access

7 Contredire son interlocuteur

Extract

145 7. Contredire son interlocuteur 7.1 Le désaccord dans l’interaction Les ‘méthodes’ d’enchaînement contrastif s’avèrent être un objet d’étude particulièrement intéressant en raison de la fréquence élevée de cette pratique dans les interactions en classe de langue4. Dans le présent corpus, le désaccord est une activité omniprésente. En effet, tout au long du travail en groupe, les élèves sont amenés à se mettre d’accord sur les contenus informationnels et leur formulation appropriée, ainsi que sur la façon de procéder à l’exécution de la tâche. Les mécanismes de négociation au sein du groupe se matérialisent par une dynamique de ratification/contestation des propositions des uns et des autres. Pourtant, la recherche interactionniste sur les désaccords a prêté relativement peu d’attention aux productions d’apprenants de L2 (cf.  Bardovi-Harlig/Salsburry 2004 pour une exception). En effet, la majorité des études se sont concentrées sur les interactions entre locuteurs adultes natifs d’une même langue (Coulter 1990  ; Kotthoff 1993 ; Mori 1999 ; Pomerantz 1984), ainsi que sur les interactions entre enfants, également en L1 (Corsaro/Rizzo 1990  ; Eisenberg/Garvey 1981 ; Goodwin 1983, 1990 ; Maynard 1985). Des travaux pionniers en analyse conversationnelle ont mis en évidence des pratiques différenciées entre la manifestation d’un accord et d’un désaccord avec autrui. S’intéressant plus généralement à l’or- ganisation de trajectoires actionnelles, Sacks (1987[1973]) identifie un principe de ‘préférence pour l’accord’ dans les...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.