Show Less
Restricted access

L’arme biologique japonaise, 1880–2010

Réalités historiques et anatomie de la mémoire

Arnaud Doglia

L’arme biologique est développée et utilisée par le Japon entre les années 1920 et 1945. Figure de proue de ce programme, l’Unité 731 sera jusqu’à la fin de la guerre le noyau d’un réseau d’unités de guerre bactériologique et chimique responsable d’innombrables atrocités et d’expériences médicales. Les origines de cet armement remontent pourtant aux années 1880. Quels présupposés scientifiques et idéologiques ont pu décider de l’institutionnalisation d’un tel projet ? Que sont ensuite devenus les maîtres d’œuvre de ces recherches ? Cet ouvrage montre comment la majorité des participants se murent dans le silence après 1945, et pourquoi les principaux scientifiques responsables se réinventent comme des pionniers à la fin de la guerre, totalement dénués de remords. Pourtant, dans le Japon de l’après-guerre qui tourne le dos au militarisme, certaines voix s’élèvent pour relater la mise en place bureaucratique d’institutions et la pratique expérimentale et militaire faite sur certaines populations. Ces discours certes diffus mais continus amèneront les Japonais à découvrir les véritables activités de l’Unité 731.
Show Summary Details
Restricted access

Chapitre 1 : En arrière-plan du programme biologique de l’armée japonaise

Extract



Dans la postface des Cadres sociaux de la mémoire de Maurice Halbwachs, Gérard Namer rappelle que « le succès d’une œuvre fait “écran” à sa lecture et à sa compréhension1 ». Ce constat peut également s’appliquer à un événement. Le débat est habituellement centré sur l’Unité 731, première unité de guerre biologique de l’armée impériale, bien que celle-ci n’ait pas été la seule en activité. Le développement rapide de centres de recherche similaires ne doit pas transformer son rôle de pionnier en fonction symbolique : « L’Unité 731 est le détachement central créé dans l’armée japonaise dans le but de rechercher, exploiter et utiliser au combat l’arme bactériologique2. » Il convient donc de fixer un point de départ, à commencer par les causes qui ont conduit l’État japonais à se doter d’un armement bactériologique et chimique.

Bacilles et bactéries à l’époque Meiji

La restauration de Meiji est officiellement proclamée au Japon le 3 janvier 1868. Les continuités avec la période précédente sont pourtant nombreuses3, et ce nouveau gouvernement ne peut être considéré comme le simple artisan d’une modernisation ou d’une occidentalisation. Tout au plus, l’effondrement du régime précédent marque « l’entrée du Japon dans ← 25 | 26 →une nouvelle période marquée par la création d’un solide État-nation4 ». Ce processus implique un certain nombre de nuances. Parmi les premières mesures prises, le nouveau régime...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.