Show Less
Restricted access

Les enfants de l’«Émile»?

L’effervescence éducative de la France au tournant des XVIIIe et XIXe siècles

Series:

Marguerite Figeac-Monthus

Ce livre, en étudiant plus de 200 plans et traités d’éducation français des XVIIIe–XIXe siècles, montre toute l’importance de la pensée de Rousseau qui est utilisée ou rejetée afin de concevoir une société nouvelle et une réforme du système éducatif. Ces transformations ne pouvaient passer que par l’édification d’une éducation commune adaptée aux nouveaux enjeux issus de la Révolution et indispensables pour transformer et moderniser la société. En énonçant un certain nombre de principes et de valeurs, en se positionnant pour une réorganisation éducative, les auteurs de ces projets contribuent à édifier, dès le XVIIIe siècle, les premiers fondements de l’école républicaine. Un certain nombre de questions posées, sur l'enfance et la jeunesse, sur l'utilisation des sens, sur la formation des maîtres, sur l'université, sur le rôle de l'Eglise et la place de la laïcité, sont très contemporaines et se trouvent mises en valeur par de très belles citations à découvrir ou redécouvrir.
Show Summary Details
Restricted access

Chapitre 4: Vivre À L’École

Extract

CHAPITRE 4

VIVRE À L’ÉCOLE

Dans les plans d’éducation des XVIIIe et XIXe siècles, l’école n’est pas seulement pensée, elle est construite. En effet, les auteurs ne se contentent pas de lancer un certain nombre de concepts liés à une volonté de régénérer la société et de remettre en cause certaines bases éducatives considérées comme dépassées, ils conçoivent de nouveaux cursus, imaginent des plans d’étude, réorganisent les classes et les établissements et édifient de nouveaux bâtiments mieux adaptés, l’objectif essentiel est de former un élève et un maître à l’échelle humaine, adaptés aux nouveaux enjeux d’une société qui s’engage progressivement dans un double processus d’industrialisation et de démocratisation des enseignements afin d’ouvrir les études élémentaires au plus grand nombre. En analysant les cursus des études conçus la plupart du temps en fonction de l’origine sociale, nous essaierons de comprendre les processus d’organisation de la classe, puis l’importance des bâtiments et du mobilier scolaires. Nous verrons également, lorsque cela a été déterminé, c’est-à-dire rarement, l’évaluation du coût des études. Il y a toujours en toile de fond, dans tous les plans, l’idée qu’il faut savoir investir dans l’avenir car, comme le remarque Louis Fontaine de Saint-Fréville, «La dépense sera commune, l’avantage le sera aussi: chacun y contribuera, selon ses facultés, et le bén...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.