Show Less
Restricted access

Le genre, effet de mode ou concept pertinent ?

Series:

Nadia Mékouar-Hertzberg, Florence Marie and Nadine Laporte

Le genre entendu comme construction socioculturelle de la « différence des sexes » a permis de remettre en cause une hiérarchie des groupes sexués fondée sur les seules différences biologiques. La mise à nu des multiples processus de naturalisation du statut et du rôle social du masculin et du féminin a été diversement interprétée et utilisée, parfois galvaudée ou mal comprise. Dans le champ de la littérature et des arts, les réflexions sur le féminin/masculin ainsi que la mise à contribution des études de genre sur ces questions ont pu faire l’objet, font encore l’objet de rejet, de méfiance et/ou d’incompréhension. Inversement et simultanément, cet outil qu’est le concept de genre est devenu « à la mode », voire « politiquement correct » et de bon ton, sans toutefois être toujours mobilisé à bon escient : de ce fait, il se trouve parfois privé de sa pertinence et de son efficience herméneutique. Les différentes contributions de cet ouvrage envisagent ces aspects contradictoires tout en précisant quelques-unes des différentes déclinaisons du concept de genre en territoire européen, notamment en Espagne, en France et en Grande-Bretagne. Le domaine de la littérature et la question de « l’entrée en écriture » y sont également explorés avec une particulière attention.
Show Summary Details
Restricted access

Philippe Ducat - Judith Butler, fautrice de troubles

Extract

| 15 →

Judith Butler, fautrice de troubles

PHILIPPE DUCAT

Université de Pau et des Pays de l’Adour

En déclarant le 18 août 2013 que « les tenants du genre sont des castrateurs », le député de Paris Bernard Debré (par ailleurs éminent urologue) ne donnait pas seulement l’occasion de se rappeler que « le rire est indispensable pour le féminisme »1. Il soulignait aussi, à sa manière, que la tant redoutée « théorie du genre »2 ne constitue pas un banal trouble à l’ordre public. La divulgation de doctrines remettant en cause la naturalité, la fixité et la hiérarchie des sexes pour « mieux perturber l’ordre du genre »3, menacerait jusque dans le recès de leur chair, ou plutôt de l’idée qu’ils s’en font, ceux qui ont l’impression d’avoir quelque chose à perdre dans ce processus. Indépendamment des mésinterprétations épigonales ou polémiques, peuton trouver dans l’œuvre de Judith Butler des éléments d’explication à ce début de panique ? Et faudrait-il chercher dans les bases philosophiques de sa réflexion, ou dans les conséquences éthiques et politiques qu’on peut être tenté d’en inférer, les motifs pour lesquels la seule évocation des travaux de Butler peut susciter chez un brave homme « la terreur d’être vu comme féminin, d’être féminisé, de n’être plus un homme à proprement parler »4, ou pour mieux dire « l’angoisse de perdre son genre »5. ← 15 | 16 →

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.