Show Less
Restricted access

Pratiques et représentations sociales des langues en contexte scolaire plurilingue

Étude comparée de la Dominique et de Sainte-Lucie

Series:

Stella Cambrone-Lasnes

Dans quelle mesure une étude comparée des pratiques et représentations des langues chez des acteurs scolaires (enseignants, élèves, parents d’élèves et représentants institutionnels) permet-elle d’identifier les facteurs relatifs à l’introduction ou non à l’école de la langue dite nationale – le créole à base lexicale française ? À quel point est-il pertinent de l’introduire dans le système éducatif anglophone de petits États-nations en développement comme la Dominique et Sainte-Lucie – caractérisés par une dynamique sociale et culturelle où conflit et contact de langues (anglais, créoles, chinois, français, espagnol, hindi, garifuna et/ou kokoy) rythment la vie quotidienne des locuteurs ? Comment l’école peut-elle favoriser un meilleur apprentissage du vivre ensemble ? Pour mener à bien cette recherche-action, l’étude s’inscrit dans une approche expérimentale de type hypothético-déductive. Elle propose des pistes de réflexion pour améliorer le partenariat langue officielle / langue nationale dans un contexte scolaire caractérisé par des pratiques bi-plurilingues.
Show Summary Details
Restricted access

4. Représentations sociales : ancrages disciplinaires et notions voisines

Extract

4.  Représentations sociales : ancrages disciplinaires et notions voisines

On demande volontiers au polyglotte : ‘En quelle langue pensez-vous ?’ Je lui pose plutôt cette question : ‘En quelle langue souffrez-vous ?’ Celle-là, c’est la vraie, la maternelle. (Duhamel, 1960)

Aucune langue ne naît riche, mais c’est l’usage qui l’enrichit. (Adiaffi, 1980)

Ces deux citations illustrent assez bien les enjeux et interactions à l’œuvre dans l’étude discursive, d’une part, des représentations (c’est-à-dire l’ensemble des images, des croyances ou des positions que possèdent les locuteurs sur les langues), et d’autre part, des pratiques langagières (à savoir la manière dont parlent les locuteurs). C’est souvent tout un ensemble d’idées reçues, de préjugés, de jugements qui modèlent notre usage de la langue sans que nous en soyons bien conscients (Yaguello, 2004). Jean-Claude Abric (1994) évalue trois types de relations existant entre les pratiques et les représentations sociales : 1/ les représentations déterminent les pratiques ; 2/ les pratiques déterminent les représentations ; 3/ il y a une interaction entre les pratiques et les représentations. Ainsi, la langue est abordée dans son aspect dynamique, car en dépit d’un héritage dont elle ne peut se dessaisir, elle continue à évoluer en étroite relation avec la conception que ses locuteurs ont du monde. D’après Pierre Dumont et Bruno Maurer (1995 : 101) :

Vouloir intégrer une étude des représentations à un examen du...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.