Show Less
Restricted access

Judaïsme et christianisme dans les commentaires patristiques des Psaumes

Series:

Marie-Anne Vannier

Cet ouvrage renouvelle les études relatives aux commentaires patristiques des Psaumes, en prenant en compte l’apport du Judaïsme que les Pères connaissaient et qui marque leur interprétation du texte biblique, ne serait-ce que par le texte de la Septante qui sert de référence aux Pères grecs. Alors que l’on parle souvent de l’antijudaïsme des Pères de l’Église, les commentaires de l’Écriture qu’ils ont proposés, et en particulier ceux des Psaumes, montrent, au contraire, à quel point les Pères étaient marqués par le Judaïsme, dans leurs méthodes d’exégèse. Sans doute les Psaumes sont-ils davantage encore l’héritage commun du Judaïsme et du christianisme, comme l’a compris Augustin, qui entend, dans les Psaumes d’Asaph, la voix de la synagogue. Il n’en demeure pas moins que cet héritage commun permet une synergie entre les deux communautés, comme en témoigne, de manière éloquente, Maxime le Confesseur dans son Commentaire du Psaume 136, en dépit des différences d’interprétation qui existent.
Show Summary Details
Restricted access

Le Commentaire du Psaume 59 par Maxime le Confesseur, témoin d’influences réciproques entre les exégèses juive et patristique ?

← 144 | 145 →MARIE-LUCIE CHARPIN-PLOIX

Extract

L’interprétation du Psautier constitue un lieu d’excellence pour repérer d’éventuelles convergences et divergences entre les exégèses juive et patristique, tant il a été commenté par l’une et l’autre traditions. Le Commentaire du Psaume 591 de Maxime le Confesseur a été choisi pour deux raisons : en effet, il dévoile différents modes d’interprétation des Ecritures pratiqués par Maxime, ce qui permet de les comparer avec ceux qui ont été mis en œuvre dans des écrits juifs repérés parmi ses sources, mais aussi dans d’autres écrits juifs comme le Midrach du Psaume 602 dont la rédaction finale ne peut pas être antérieure à l’époque de Maxime puisqu’il mentionne la guerre contre Constantinople qui a eu lieu au début du VIIème siècle3. D’autre part, ce commentaire fait explicitement apparaître la clé d’interprétation de ce psaume selon Maxime, ce qui permet à nouveau de comparer avec celle à laquelle recourt le Midrach du psaume 60.

Après avoir présenté Maxime le Confesseur et le Commentaire du Psaume 59, nous observerons les convergences et les divergences entre l’exégèse patristique réalisée par Maxime dans cette œuvre et par des écrits juifs, que ce soit dans les sources juives indiquées par l’édition ← 145 | 146 →critique ou dans le Midrach du Psaume 60. Cette recherche sera menée en deux étapes principales, d’abord selon les modes d’interprétation, puis selon les significations, ce qui...

You are not authenticated to view the full text of this chapter or article.

This site requires a subscription or purchase to access the full text of books or journals.

Do you have any questions? Contact us.

Or login to access all content.